DR Congo

Rapport mensuel de monitoring de protection Nord Kivu | Janvier 2021

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

RESUME

Au cours de ce mois de janvier 2021, quelques 764 incidents de protection ont été documentés par les équipes de protection sur l’ensemble de la Province du Nord-Kivu. Comparativement aux 1.153 incidents du mois de décembre 2020. Il s’agit d’une diminution d’environ 389 incidents par rapport au mois passé.

Cette diminution du nombre d’incidents n’est pourtant pas liée à l’amélioration de l’environnement protecteur de la province du Nord-Kivu mais est justifiée par le déploiement des équipes de terrain vers la mi-janvier 2021. C’est à cette période qu’elles ont commencé à collecter et documenter les violations.

Sur l’ensemble des incidents de protection collectés, la plupart d’homicides (55%), d’incendies (43%) et des travaux forcés (31%) ont été commis dans le territoire de Beni. Les zones chaudes principaux étaient les villages de Kasasa, Ntoma, Mwenda, Lume et Bulongo. Environ 49% des violations documentés en janvier sont alléguées aux groupes armés locaux, 23% aux FARDC, 13% aux bandits armés, et 9% à un groupe armé international. Les éléments d’acteurs armés non étatiques commettent la majorité d’atteintes relatives aux droits à la vie et à l’intégrité physique, à savoir 95% des tortures et traitements inhumains, 81% d’enlèvements, 41% des coups et blessures, 43% des viols et 16% d’homicides.

Dans le territoire de Rutshuru, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont renforcé les opérations militaires contre les éléments de deux groupes armés alliés depuis le 29 janvier. Pendant les opérations dans les villages Rusekera, Mudugudu et Shonyi1 , des civils vivant dans les zones considérées comme bastions de ces groupes armés ont été victimes d’atteintes aux droits humains. Plus de 60 maisons de la région étaient détruites et pillées. Ces affrontements ont occasionné un déplace ment d’environ 570 ménages vers les villages environnant.

Dans le territoire de Masisi, des affrontements récurrents dans plusieurs localités des groupements Bapfuna, Buabo, Banyungu Bashali-Kaembe, Ufamandu 1er , Nyamaboko 1er et Biiri ont été documentés. Le 09 janvier, des éléments FARDC se sont affrontés à un groupe armé dans les villages Kashovu, Luhinzi, Kakingi2 . Environ 355 ménages de ces villages s’étaient déplacés vers Nyabiondo et les villages environnants. Ils vivent dans les familles d’accueil et dans le site des personnes déplacées internes (PDIs) de Bukombo. Pendant ces affrontements cinq maisons avaient été incendiées a Kashovu.

Dans le territoire de Beni, les éléments FARDC se sont affrontés à un groupe armé le 23 janvier au village Ndoma. Ce dernier village s’était déjà vidé de sa population depuis juillet 2020 suite aux attaques récurrentes des présumés éléments ADF. Cette situation a impacté négativement sur l’accès dans les champs par les paysans. Environ 31 PDIs (20 hommes et 11 femmes) du village Bulongo, qui voulaient se rendre dans leurs champs ont été obligées de rentrer, craignant pour leur sécurité.

Dans le territoire de Lubero, 25 civils PDIs et PDIs-retournées étaient enlevées par un groupe armé le 21 janvier au village Mbughavinywa3 , dans la zone de santé de Kayna. Les victimes se rendaient dans leurs champs. Le non-paiement des frais mensuels dits jetons de résidence serait à la base de cette action par ce groupe armé. Les victimes ont toutes été conduites au campement de ce groupe armé, situé à environ 200m du village. Elles avaient recouvré leur liberté le lendemain matin, moyennant une somme de 5.000Fc chacune.