DR Congo

Rapport mensuel de monitoring de protection Ituri | Octobre 2020

Format
Situation Report
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

RESUME

1,634 violations de droits humains ont été documentées durant le mois d’octobre contre 1,708 au mois de septembre 2020, soit une baisse de 74 violations. En dehors du territoire de Mambasa où les incidents sont passés de 128 en septembre à 243 ce mois d’octobre soit une hausse de 115 incidents, les autres territoires ont connu une baisse relative des violations des droits humains documentés. En effet, dans le territoire d’Irumu le nombre d’incidents enregistré est passé de 795 en septembre à 660 pour le mois d’octobre soit une baisse de 135 incidents. A Djugu 621 incidents ont été documentés le mois dernier contre 584 ce mois soit une baisse de 37 violations et dans le territoire de Mahagi 164 violations ont été perpétrées en septembre et 147 ce mois d’octobre soit une baisse de 17 violations.

Dans le territoire de Mambasa, depuis la fin du mois de septembre, les miliciens Maï Maï de la faction Mazembe avaient désigné comme cible d’attaque la localité de Teturi1. Les militaires des Forces Armées de la République Démocratique du Congo ont dont dépêcher plusieurs équipes et multiplié les patrouilles nocturnes au cours de ce mois d’octobre. Toutefois, lors de ces patrouilles, plusieurs abus ont été commis par certains soldats de la FARDC à l’encontre des personnes assimilées aux membres des Maï Maï Mazembe. Plusieurs civils ont été victimes d’arrestations arbitraires, d’extorsions de biens et de coups et blessures notamment de la part de certains éléments des FARDC et c’est ce qui justifie l’augmentation des incidents à Mambasa. Toutefois, bien que les territoires d’Irumu et Djugu aient connu une diminution respective de 135 et 37 violations de droits humains, les groupes armés actifs dans la zone (Coopérative pour le Développement du Congo, Front Patriotique et intégrationniste de l’Ituri, Zaïre, Front de Résistance Patriotique de l’Ituri,) sont restés actifs respectivement dans les zones de santé de Gety, en territoire de Djugu et Komanda, Tchomia, et Nyankunde en territoire d’Irumu.

Avec respectivement 40% et 36% des cas documentés, les territoires d’Irumu et de Djugu ont enregistré le plus grand nombre d’incidents pendant ce mois. A Mambasa 15% des violations ont été commises tandis que le territoire de Mahagi a subi 9% des incidents ce mois.

La zone de santé la plus touchée par les incidents au mois d’octobre 2020 a été celle de Gety (Irumu) où 14% du total des violations ont été documentées suivie des zones de santé de Mandima (Mambasa) et de Komanda (Irumu) dans lesquelles 11% du total des violations ont été documentées à chaque fois. Les zones de santé de Tchomia et Nyankunde en territoire de Djugu et d’Irumu quant à elles ont été affectés par 8% chacune des incidents enregistrés ce mois.