DR Congo

Rapport de la mission de réponse à la crise l’epidemie de maladie a virus Ebola a Biena en République Démocratique du Congo du 18 février au 17 mars 2021

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Contexte et justification de la mission

La province du Nord Kivu fait à nouveau face à l’épidémie d’Ebola après que la 11ème crise liée à cette épidémie (dans la province de l’équateur) ait été déclaré close en RDC depuis juin 2020. Des cas de maladie à virus Ebola ont été signalés dans la zone de santé de Biena, le village Masoya dans le groupement Mwenye, chefferies de Baswagha en territoire de Butembo qui affecte la province de Nord Kivu après celle intervenu depuis mars 2018 et dont la fin a été déclarée il y a à peine 8 mois. Près de 2300 mort ont été déplorées suite à cette épidémie. Pour faire face à la crise d’Ebola en cours, les autorités annoncent qu’une équipe d’épidémiologistes a été déployée dans la zone, afin de procéder à l’investigation et au listage de tous les cas contacts de la victime parmi lesquels 03 cas de décès déjà notifiés. Concomitamment, les acteurs humanitaires s’activent également pour apporter une réponse à cette épidémie dans la province de Nord Kivu qui connait déjà une présence d’acteurs humanitaires intervenant dans le cadre de la réponse à la crise humanitaire occasionnée par la récurrence des conflits armés liés à la présence des Groupes armés nationaux et étrangers actifs dans la zone.

Cette présence des acteurs humanitaires dans cette zone de forte vulnérabilité constitue un risque au EAS d’autant plus que, lors de la 10ème épidémie qui à sévit au Nord Kivu, des travailleurs humanitaires ont été accusés d'exploitation et d'abus sexuels. La plupart des organisations d'aide et des ONG auraient déclaré n'avoir reçu aucun rapport d'abus pendant la crise et, cela du fait que la plupart des victimes ne connaissaient pas des moyens de signaler ces abus. En réaction à cette situation de mécanisme de prévention et de réponse contre les EAS, notamment de CBCM et le réseau PSEA ont été mise en place. Tirant leçons de la précédente expérience de riposte, il est impérieux de mettre en place ou renforcer les mécanismes de prévention et de réponse aux abus et exploitation sexuels. C’est dans ce cadre que l’UNFPA a décidé de déployer deux experts en PSEA qui vont travailler avec les acteurs humanitaires, de développement et ceux du gouvernement présent à Beni, Butembo et Biena en particulier avec OCHA, UNICEF, OMS et l’association des vainqueurs de la MVE pour renforcer les mécanisme PSEA existant et relever les gaps à couvrir.