DR Congo

Rapport de la mission d’evaluation des besoins en education dans la zone de sante de Minembwe - Evaluation en éducation 09/07/2020

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Contexte et justification de la mission :

Contexte

Depuis début mai 2019, on assiste à une détérioration rapide de la situation sécuritaire et humanitaire dans la région limitrophe des hauts plateaux Fizi,Minembwe, Itombwe/Mwenga et Uvira. De sources concordantes dans la région, cette dégradation de la situation est liée aux affrontements d’une extrême violence qui opposent les milices d’autodéfense communautaire Banyamulenge (Ngumino, Twigwaneho), et les Mayi Mayi Bishake Bishambuke d’origine Bafuliru, Banyindu et Babembe..

A l’origine de cette escalade des violences, l’assassinat le 04 mai dernier du chef de village de Kanihura, en Groupement de Balala Nord, Secteur Tanganyika, dans les Hauts Plateaux de Territoire de Fizi, après que la victime ait été copieusement torturée par le colonel autoproclamé de la milice armée Banyamulenge ‘’Semahungure’’. En représailles à cet assassinat, les 2 parties au conflit se sont affrontées et environs 30 villages de communautés confondues ont été incendiés.

A partir du 09 mai, des violences se sont intensifiées dans le Groupement de Balala Nord (Secteur Tanganyika/Fizi),touchant également les groupements Basimukinji 1er, Basimunyaka Nord (Itombwe/Mwenga), Basimunyaka Sud (Secteur Lulenge/Fizi), Basilocha (Mutambale/Fizi) et Bijombo (Bavira/Uvira). Pour se mettre à l’abris des hostilités, les populations civiles se sont préventivement déplacées aux alentours de Mikenge (Position des militaires FARDC), Minembwe Centre (Etat-major FARDC et COB/ONUSCO), Moyens Plateaux de Fizi (Lusuku, Kanguli, Ngulube, Nakiele, …). Etant coincé entre deux tirs, nombreux d’entre eux se sont réfugiés dans les brousses environnant leurs villages d’origine. Pour des raisons d’impartialité dans les affrontements à caractère interethniques, les forces régulières basées à proximités des zones de combats n’ont pas immédiatement réagi.