DR Congo

République démocratique du Congo - Évaluation rapide - Suivi des urgences Dashboard #82, Période: 21-23 décembre 2021

Attachments

METHODOLOGIE

L’évaluation rapide de l’OIM (Emergency Tracking Tool, ETT) est un outil mis en place dans le but de collecter des informations sur les mouvements importants et soudains de populations. Ces informations sont collectées à la suite de visites sur le terrain et ou d’entretiens téléphoniques avec les informateurs clés des sites de déplacement ou des communautés d’accueil. D’autres informations sont ensuite recueillies et analysées à partir des outils d’Evaluation Rapide Multisectorielle (ERM). Ce rapport synthétique présente les résultats de l’évaluation menée sur terrain du 21 au 23 décembre 2021

RESUME DE L'ALERTE

Depuis le mois de septembre 2021, des incursions menées par des miliciens Twa sous le commandement du leader LIWA ont été rapportées dans les villages et les carrières d’exploitation artisanale d’or de Kandje,
Kasulu, Camp Konkolo, Africa, Genève, Kituku, Matete, Kiburuta, Kirindi, Musuyi, Kowete et Jean-Banza, situés dans le groupement de Kasanga-Mtoa, en chefferie de Tumbwe, territoire de Kalemie, province du Tanganyika.
En particulier, durant la période du 21 au 22 novembre 2021, des affrontements intensifiés entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les miliciens Twa, dans les villages de Mulenda Ilunga, Matete, Moket et Mulowa du même territoire et groupement, ont causé des flux importants de déplacements de populations vers les villages de Bimbwi, Seraphin, Djuma Kijundo et Katanga situés dans le groupement de Moni, chefferie de Tumbwe, en territoire de Kalemie. Cette crise prolongée a également causé de lourdes pertes parmi les personnes déplacées, notamment : l’abandon de terres, de récoltes, de pâturages et d’autres biens nécessaires à la survie, tout en occasionnant la séparation de certaines familles. À la suite de la crise, des cas de vols perpétrés par les personnes déplacées pour survivre à la famine et aux conditions de vie pénibles ont également été rapportés ; ces incidents ont provoqué des querelles et des tensions entre la communauté hôte et les personnes déplacées.