République Démocratique du Congo : Tanganyika, Haut-Lomami, Haut-Katanga Note d’informations humanitaires du 18 janvier 2017

TANGANYIKA, HAUT-LOMAMI, HAUT-KATNAGA : Près de 74 000 personnes déplacées suite aux violences communautaires depuis la mi-décembre

Depuis la mi-décembre, plus de 74 000 personnes se sont déplacées par les violences dans le Tanganyika, selon des sources humanitaires et autorités sanitaires présentes dans la région. Plus de 22 000 personnes ont trouvé refuge dans la ville de Kalemie et ses environs, cependant ce sont plus de 52 000 qui ont traversé les frontières provinciales pour se retrouver dans les provinces du Haut-Lomami et du Haut-Katanga. Plus de 42 000 d’entre elles se trouvent désormais dans le Territoire de Malemba Nkulu du Haut-Lomami tandis que les 10 000 autres sont dans le Territoire de Mitwaba du Haut-Katanga. Dans certains villages, les enfants ne sont plus scolarisés du fait que les établissements scolaires sont occupés par les familles déplacées. Les acteurs humanitaires sont à pied d’œuvre pour évaluer les besoins afin d’y répondre rapidement.

TANGANYIKA, HAUT-KATANGA : Plus de 300 000 enfants vaccinés contre la rougeole dans le sud-est de la République Démocratique du Congo

Dans le Tanganyika, plus de 226 000 enfants ont été ciblés par deux campagnes de vaccination contre la rougeole. Celles-ci ont été organisées dans les zones de santé de Nyunzu et Kongolo, toutes deux en épidémie depuis octobre 2016. Le nombre de cas rapportés dans les neuf autres zones de santé de la Province est de plus en plus préoccupant, d’autant que le flux incessant de personnes fuyant l’insécurité augmente très nettement le risque de propagation de la maladie. Dans la province voisine du HautKatanga, ce sont près de 82 000 enfants qui ont été vaccinés contre la rougeole dans le territoire de Mufunga Sampwe qui est en épidémie de rougeole ainsi que dans celui de Mitwaba. Ces trois campagnes de vaccination financées par l'UNICEF ont ciblé plus de 300 000 enfants de six mois à 14 ans révolus.

TSHOPO : 3,5 millions de dollars US pour les personnes déplacées

Depuis le 15 janvier, plus de 50 000 personnes déplacées, retournées et communautés d’accueil vivant dans les régions d’Opienge et Balobe, dans la Province de la Tshopo, bénéficient d’une assistance en articles ménagers essentiels, eau, hygiène et assainissement dans le cadre d’un programme de 10 mois mis en œuvre par l’ONG Solidarités Internationale. Le Fonds Commun Humanitaire, une initiative conjointe du PNUD et OCHA, a octroyé 1,7 million de dollars US pour l’exécution de ce projet visant à améliorer les conditions de vie des personnes vulnérables et apporter un soutien logistique aux 6 autres ONG qui assistent également ces personnes. Depuis juin 2016, un climat d’insécurité marqué par des affrontements entre groupes armés a entrainé le déplacement de près de 28 000 personnes. En novembre 2016, le Coordonnateur humanitaire en RDC, Dr Mamadou Diallo, avait alloué une enveloppe de 3,5 millions de dollars US pour répondre aux besoins multisectoriels des personnes vivant dans la zone. Action contre la Faim, ALIMA ainsi que les ONG nationales AIDES et AJEDEC ont également reçu une partie des fonds qui vont financer leurs divers projets.

Pour tout contact:

Yvon Edoumou, Chargé de l’information publique et du plaidoyer OCHA RDC, edoumou@un.org, Tél: +243.81.706.1213 @unocha_DRC / www.unocha.org/drc

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.