République Démocratique du Congo: Situation actuelle de l’insécurité alimentaire aiguë - Août 2018, 16ème cycle d’analyse IPC (Créé le juin 2018 Validité d'août 2018 à juin 2019)

Report
from Integrated Food Security Phase Classification
Published on 06 Nov 2018 View Original

PRES DE 13,1 MILLIONS DE PERSONNES ISSUES DES MILIEUX RURAUX VIVENT EN INSECURITE ALIMENTAIRE AIGUË CORRESPONDANT AUX PHASES DE CRISE (3) ET D’URGENCE (4) DE LA CLASSIFICATION INTERNATIONALE DE L’IPC

PRINCIPALES CONCLUSIONS

L’analyse intégrée de la sécurité alimentaire et nutritionnelle menée en juin 2018 révèle une situation préoccupante pour 23% de la population rurale alors que le pays disposerait d’un potentiel agricole pour nourrir environ 2 milliards de personnes. Cet exercice a bénéficié des résultats de l’évaluation de la campagne agricole 2017-2018 qui a permis de quantifier le déficit alimentaire net à 22%, ce qui corrobore l’estimation des 23% de ruraux en situation de crise alimentaire conduisant aux conclusions suivantes :

  • Environ 13,1 millions de personnes sont estimées en phases 3 et 4 (phase de crise alimentaire et des moyens d’existence aiguë). Ceci représente 23% de la population rurale des 101 territoires sur un total de 145 territoires ;

  • Les zones affectées par les conflits armés et inter-ethnique/communautaire continuent à être les plus vulnérables à l’insécurité alimentaire aiguë. En effet, 9 territoires ont été classés en phase 4 ou phase d’urgence. Il s’agit des territoires de Djugu (Ituri) ; Kalemie, Nyunzu et Manono (Tanganyika) ; Mitwaba et Pweto (Haut Katanga) ;
    Kamonia et Mweka (Kasaï) ; et Miabi (Kasaï-Oriental). Trente et un autres territoires en phase 3 sont éparpillés à travers le pays, y compris dans les zones dites stables ;

  • Plusieurs facteurs sont à la base de cette détérioration globale de la sécurité alimentaire observée entre juin 2017 et juin 2018. Il s’agit principalement de la montée marquée des conflits armés dans le pays en 2017, particulièrement en Ituri et Sud-Kivu et l’extension des affrontements dans le Tanganyika et le grand Kasaï. Ces conflits ont provoqué de nouveaux déplacements des populations et détérioré davantage la sécurité alimentaire des ménages ;

  • Le narratif commun de la nutrition en RDC évalue à environ 6 millions d’enfants malnutris et 7,2 millions de femmes souffrant d’anémie confirmant l’ordre de grandeur estimé par l’IPC 2018 ;

  • Le nombre des zones de santé en alerte est passé de 7,5% en 2017 à 14% de l’ensemble des zones de santé du pays en 2018 ;

  • Faible couverture sanitaire pour les femmes enceintes, allaitantes et les enfants en particulier en plus d’une économie rurale limitée à la subsistance ;

  • Près de 50% des pertes de production du maïs dues à la chenille légionnaire d’automne et autres ravageurs de cultures ;

  • Pauvreté généralisée en milieu rural limitant l’accès financier aux services de base et à certains groupes d’aliments riches en protéine animale.