DR Congo

République démocratique du Congo - Rapport de situation sur la crise de Djugu-centre, Ituri, 7 décembre 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

FAITS SAILLANTS

  • Plus de 74 000 personnes déplacées sur la colline de Roe, sous les menaces et les attaques d’éléments armés

  • Près de 40 000 autres personnes nouvellement déplacées sur le reste du territoire

  • Augmenter les capacités de réponse, une priorité pour les acteurs humanitaires dans un contexte d’accès entravé

APERÇU DE LA SITUATION

Le nombre d’attaques contre des sites de déplacés en hausse dans une zone déjà sous forte tension

Depuis la mi-novembre, les éléments armés ont multiplié les attaques contre les populations civiles dans le territoire de Djugu, ciblant notamment des sites de personnes déplacées dans les zones de santé de Fataki et Drodro. Au moins 58 personnes ont été tuées, 13 blessées et des dizaines enlevées, au cours d’incursions dans quatre sites de personnes déplacées dans le territoire de Djugu. Les premières attaques ont eu lieu les 19 et 21 novembre à Tche ; le lendemain à Drodro, le 25 à Duka, et le 28 à Hivo. Ces violences sont venues exacerber une situation humanitaire déjà précaire dans la province de l’Ituri qui compte environ 1,8 million de personnes déplacées. Ces agressions armées et d’autres incidents, y compris contre les acteurs humanitaires, ont considérablement restreint l’accès humanitaire, forçant 17 partenaires humanitaires à suspendre leurs opérations à travers le territoire de Djugu.

Près de 74 000 personnes déplacées à Roe sous les menaces et attaques constantes d’éléments armés

Le site de personnes déplacées de Roe, qui comptait déjà 24 000 personnes déplacées à la suite de violences antérieures, a vu arriver 50 000 personnes supplémentaires après l’attaque du 22 novembre à Drodro. Les personnes déplacées nouvellement arrivées ont commencé à se construire elle-même des abris de fortune. Le site est actuellement en forte surpopulation, mettant des personnes vulnérables d’autant plus à risque d’attaques d’éléments armés et des maladies contagieuses. L’insécurité persistance a entraîné de nombreux autres déplacements forcés.

Des milliers de civils mis à mal par une insécurité persistante

Des attaques d’éléments armés autour des villages tels que Jina, Lopa, et Dhevi, depuis la mi-octobre, ont également poussé près de 20 000 personnes à fuir vers Iga Barrière. Illustration de ces violences et attaques, à la fin du mois d’octobre, au moins 25 civils ont été tués autour de la cité de Nizi et de Jina. La plupart des personnes déplacées est hébergée dans des familles d’accueil ou dans des anciens sites de personnes déplacées. Les sources locales estiment que 10 000 autres personnes se sont déplacées au sein de la Chefferie de Bahema Nord, dans la Zone de santé de Lita, depuis octobre. Ces personnes viennent s’ajouter aux 7 000 personnes précédemment déplacées se trouvant dans les localités de Katoto, Lonyo, et Kparnganza.

Fin octobre, les attaques d’éléments armés contre Tche ainsi que les fortes tensions communautaires ont poussé des centaines de familles à se déplacer de manière préventive vers le secteur de Walendu Tatsi dans les villages de Masumbuko, Gobi, Saliboko, Loga et Bobu ; les affrontements entre FARDC et éléments armés fin octobre dans la zone de santé de Fataki ont également poussé des centaines de familles à se réfugier dans la zone de santé de Rety au sein de familles d’accueil.

Les sites de personnes déplacées des aires de santé Bule et Salama, déjà surpeuplés avec près de 60 000 individus, ont vu 5 500 les rejoindre.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.