République Démocratique du Congo - Profil de Protection : Kasaï Oriental, Lomami, Sankuru (septembre 2019)

Infographic
from UN High Commissioner for Refugees
Published on 22 May 2019 View Original

Analyse de Protection

Au plan sécuritaire, le mois de septembre a connu une résurgence de la criminalité dont la principale conséquence a été la détérioration de l’environnement de protection. Parti de 312 en août à 518 incidents de protection collectés et documentés en septembre, l’environnement général de protection a mis principalement en exergue les violations du droit à la vie et à l’intégrité physique, les violations du droit à la propriété et les VSBG.

L’accalmie observée depuis le début du mois de juin dans plusieurs villes de la province du Kasaï Oriental et Lomami semble disparaître. Des cas de vols à mains armées, de braquages, de meurtres, de tensions ou soulèvements populaires, des représailles, des conflits des limites ou de pouvoirs coutumiers sont déplorés comme incidents survenus ou situation ayant favorisé la commission de plusieurs incidents. Un conflit de limite entre les habitants des localités Bena Mutombo et Bena Kadila dans le groupement Kasansa en territoire de Tshilenge a entraîné 4 morts, des blessés graves et des incendies de maisons. De vives tensions entre les chefs des localités de Kabwe Katanda et Muena Ndaye dans la zone de santé de Kalenda dans la Lomamie suite aux limites des champs et la tension, sont observées dans le territoire de Miabi entre les groupements Bena Mbayi Cipadi et Bena Buteki, se disputant une mine de diamant récemment découverte.
A regard de ce qui précède, les représailles sont à redouter si les communautés concernées ne sont pas impliquées dans la résolution des conflits qui les affectent. De plus de nombreux cas de VBG, des coups et blessures et d’arrestations arbitraires ont continué à être enregistrés au cours de ce mois. Des enfants sont forcés de se marier à la suite d’un arrangement entre les deux familles. La dote est versée et le mariage est conclu, ce qui décrit le nombre élevé de mariages précoces.

Des efforts considérables des autorités civiles et militaires qui, autrefois, ont permis de faire baisser les taux de criminalité dans la province, nécessitent d’être renouvelés. La sensibilisation à la culture de la paix par des médiateurs locaux et autres acteurs clés s’avère nécessaire pour renforcer l’environnement général de protection et la promotion de droit de l’Homme.
Par ailleurs, les tracasseries comme le prélèvement de taxes illégales et les arrestations arbitraires enregistrés dans l’aire de santé de Munkamba et Miabi, justifient le nombre de violations de droit à la propriété enregistrées en septembre. Des paiements exorbitants de taxes au-délà du tarif officiel par des transporteurs des marchandises par vélos auraient même entraîné la hausse de prix de certaines denrées alimentaires. D’autres violations surviendraient sur les personnes qui oseraient remettre en question ces taxes.

Des actions de réponse et de suivi telles que la tenue de dialogue intercommunautaire, les plaidoyers, le référencement de cas auprès de structures appropriés, réalisées à 58,3%, ont été apportées aux différentes violations et conflits de limites ou de pouvoirs enregistrés, mais nécessitent d’être renforcées.