DR Congo + 3 more

République Démocratique du Congo: Perspectives sur la sécurité alimentaire, février à septembre 2017

Source
Published
Origin
View original

Attachments

Campagne agricole perturbée par des effets climatiques et l’invasion de la chenille au Sud-Est

MESSAGES CLÉS

• Excepté le Haut-Katanga et le Tanganyika qui ont connu des perturbations climatiques, les récoltes de la saison A estimées moyennes dans la partie Est permettront aux ménages pauvres de se constituer des stocks de nourriture pour quelques mois et d’améliorer leur consommation alimentaire en cette période de l’année. La plupart de cette zone pourra être classifiée à un niveau Minimal (Phase 1 de l’IPC).

• Les attaques de la culture du maïs par la chenille légionnaire Spodoptera frugiperda estimée à 62,5 pourcent des surfaces emblavées avec le taux de perte estimé à 40 pour cent de la production dans la province du Haut-Katanga ainsi que celles de la mouche blanche signalée dans le Kibombo au Maniema continuent leur progression et occasionneront une production de la saison agricole A inférieure à la moyenne dans ces zones.

• La persistance des conflits intercommunautaires et des groupes armés dans la partie Est du pays continue d’occasionner des mouvements internes de déplacement des populations dont les effectifs ont augmenté de près de 16 pour cent au dernier trimestre 2016 par rapport au 3e trimestre 2016. Suite à la perte de leurs biens et à l’accès très limité à leurs moyens d’existence, ces déplacés continueront à être en insécurité alimentaire et seront en besoin d’assistance humanitaire.

• Les conflits coutumiers entre autorités locales dans le Kasaï qui ont pris de l’ampleur au cours du deuxième semestre 2016 dans le territoire de Dibaya ont évolué, touchant d’autres territoires du Kasaï. Les exactions et les violences de la milice locale contre les populations vont exacerber la situation humanitaire des populations limitant ainsi leur accès aux moyens d’existence durant la saison agricole B en cours. On s’attend à la baisse de la production de la saison B par rapport à une année normale, à la hausse des prix et à un accès réduit à la nourriture pour les ménages pauvres.