République démocratique du Congo - Note d’informations humanitaires pour la Province du Nord-Kivu (5 février 2019)

Ce rapport a été produit par OCHA Nord-Kivu en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il est publié par OCHA et couvre la période du 28 janvier au 4 février 2019.

FAITS SAILLANTS

• Plusieurs mouvements de population enregistrés en raison des conflits dans le Territoire de Masisi

• 30 000 personnes assistées par la Caritas Butembo-Beni dans le Territoire de Beni

APERÇU DE LA SITUATION

Au cours de la semaine écoulée, le Territoire de Masisi a été secoué par plusieurs affrontements et ses séquelles humanitaires. Suite aux combats entre l’armée congolaise et des groupes armés le long de la route Masisi-Buabo, les habitants des villages voisins se sont déplacés vers la ville de Masisi, où un bon nombre de la population s’est réfugié à l’Hôpital général de référence par crainte d’être victime du conflit. D’autres affrontements entre FARDC et groupes armés auraient produit des dégâts dans une zone agricole à l’ouest de Kitchanga et poussé la population locale à se déplacer. Plusieurs maisons auraient été incendiées et un millier de personnes se seraient déplacées temporairement vers Kitchanga.

Depuis le mois de décembre 2018, plusieurs affrontements se sont succédés dans le groupement Bashali-Mokoto, au nord du Territoire de Masisi, faisant enregistrer ainsi trois importants mouvements de population. A peu près 3 000 personnes se sont déplacées vers Mweso – à la frontière avec le Territoire de Rutshuru – où l’ONG nationale AIDES vient d’effectuer une mission d’évaluation le 26 janvier 2019. Depuis leur arrivée, ces personnes déplacées internes (PDI), n’ont pu bénéficier d’aucune assistance humanitaire et expriment la nécessité de recevoir de l’aide en vivres, articles ménagers essentiels, éducation ainsi qu’en eau, hygiène et assainissement.

Selon le programme de Réponse à la Crise des Kivus pour les Personnes Déplacées (KCRI), environ 6 000 PDI se seraient installées à Pinga, dans le Territoire de Walikale, pour se mettre à l’abri des affrontements entre groupes armés à la fin de 2018. Certaines familles, qui étaient auparavant hébergés dans les écoles et les églises, ont été contraintes de se déplacer en famille d’accueil à la suite de la reprise des cours, faisant en sorte que cinq ou six ménages soient contraints de vivre dans le même foyer.

KCRI rapporte également environ 7 000 autres personnes qui seraient arrivés à Kirumbu, suite aux combats à répétition entre groupes armés. Dans les localités d’origine, du bétail a été tué et les biens de la population locale ont été systématiquement pillés. Les enfants n’étudient plus à cause du manque de kits scolaires et uniformes, emportés par les combattants, tandis que six salles de classe et deux bureaux des écoles primaires à Lwama et Mariba ont été détruits et pillés de leur matériel scolaire.

Entre le 7 et le 24 janvier 2019, Eringeti et ses alentours, au nord du Territoire de Beni, ont rapporté la présence de 1 000 déplacés, suite à la multiplication des attaques des groupes armés à Lesse et Mayi-Safi, où des tueries, des cas d’incendies de maisons et vols de biens de la population civile ont également été signalés.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.