DR Congo

République démocratique du Congo - Note d’informations humanitaires pour les provinces du Bas-Uélé, du Haut-Uélé, de l’Ituri et de la Tshopo (Du 1er au 18 mai)

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Ce rapport a été produit par OCHA Bunia en collaboration avec les partenaires humanitaires et couvre la période du 1er au 18 mai 2021

FAITS SAILLANTS

• 50% des décès maternels rapportés en RDC ont lieu en Ituri au cours de ce premier trimestre
• Près de 36 400 personnes assistées en cash dans la zone de santé de Komanda en territoire d’Irumu
• Plus de 10 200 personnes attendent une assistance humanitaire à Djaiba en territoire de Djugu

APERÇU DE LA SITUATION

Le début du mois de mai en Ituri a été caractérisé par des opérations militaires et des affrontements dans les territoires de Djugu et Irumu. En termes d’accès, la Route Nationale 27 entre Bunia et Mahagi a été provisoirement interdite à la circulation et la situation sur la route entre Sanduku et Rethy reste sujette à des violences. Les alertes font état de dizaines de milliers de civils qui auraient fui Libi, Ala et d’autres villages vers Rethy et Kpandroma. Un retour des personnes qui s’étaient nouvellement déplacées de Fataki et alentours en avril dernier a été observé.

Dans la zone de santé de Nyankunde, en territoire d’Irumu, des dizaines de milliers de civils ont déserté leurs foyers depuis avril, notamment vers le sud de Bunia et la zone de santé de Gety. Pour l’instant ces personnes ne seraient pas retournées en raison des opérations qui continuent.

Dans le territoire de Mambasa et sur une partie du sud du territoire d’Irumu, de présumés éléments ADF continuent de commettre des exactions à l’endroit des civils. Le sud de l’axe Komanda – Luna continue à être difficilement accessible pour les populations et acteurs humanitaires en raison de possibles attaques. Les membres de la société civile et les activistes des droits de l’homme sont fortement préoccupés par ces violences qui auraient déjà entrainé la mort d’une vingtaine de civils et l’enlèvement d’une cinquantaine d’autres depuis avril. Par ailleurs, ces incidents ont provoqué le déplacement de plus de 29 000 personnes dans la zone de santé de Mandima (territoire de Mambasa), d’après les statistiques de la Commission Mouvement de Population du mois de mars. De même, plus de 30 000 déplacés sont signalés dans la zone de santé à Boga depuis juillet 2020, à la suite d’exactions d’hommes armés.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.