DR Congo + 1 more

République démocratique du Congo - Note d’informations humanitaires pour les provinces du Bas-Uélé, du Haut-Uélé, de l’Ituri et de la Tshopo (Du 15 au 31 mars)

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Ce rapport a été produit par OCHA Bunia en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il est publié par OCHA et couvre la période du Du 15 au 31 mars 2021

FAITS SAILLANTS

  • Plus de 12 340 personnes retournées attendent d’être assistées dans la zone de santé d’Angumu
  • Besoin d’engagement des acteurs pour une assistance multisectorielle dans la zone de santé de Rwampara

APERÇU DE LA SITUATION

Reprise des mouvements des humanitaires dans le territoire de Djugu L’accalmie observée depuis le 28 mars sur la Route Nationale 27 a favorisé la reprise des mouvements des humanitaires sur les axes Iga/Barrière – Fataki et la route secondaire Kparanganza – Drodro. Les acteurs humanitaires avaient suspendu leurs mouvements dans la zone à la suite d’une escalade de violences ayant occasionné la mort d’au moins cinq civils depuis le 21 mars autour de la localité d’Iga/Barrière. La zone est aussi en proie à des problèmes d’accès physique depuis le retour de la saison pluvieuse, affectant ainsi les activités humanitaires sur le terrain. Des actions visant à améliorer l’accès et la perception des acteurs humanitaires sont nécessaires dans la zone.

Les incidents de protection en forte hausse en Ituri Le Monitoring de Protection - couvrant les territoires de Djugu, Irumu, Mahagi et Mambasa - a enregistré 433 incidents de protection au cours de la semaine du 19 au 25 mars. Ces violations sont liées au droit à la propriété (pillages, incendies des maisons, extorsions), au droit à l’intégrité physique (coups et blessures, homicides, traitements inhumains), au droit à la liberté (enlèvements, travaux forcés, arrestations arbitraires), aux cas des violences sexuelles (viols, agressions sexuelles, physiques, etc.). Durant cette même période, le territoire d’Irumu a connu une hausse du nombre d’incidents, passant de 80 la semaine d’avant, à 173 incidents. Cette hausse est la conséquence du regain d’activité des groupes armés. Concernant les victimes, les retournés ont été affectés dans 78 % des cas et les personnes déplacées internes dans 15 % des cas.
Par ailleurs, 27 cas de viol ont été rapportés.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.