DR Congo

République Démocratique du Congo Note d’informations humanitaires pour les provinces du Haut-Katanga, du Haut-Lomami, du Lualaba et du Tanganyika (09 septembre 2020)

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published

Attachments

Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il est publié par OCHA et couvre la période du 21 août au 09 septembre 2020

FAITS SAILLANTS

• Amélioration de l’accès humanitaire au nord-est de Kalemie

• Le Fonds central d’intervention pour les urgences humanitaires (CERF) alloue 4,3 millions de dollars1 pour la réponse aux besoins multisectoriels dans le Tanganyika

• Tanganyika et Haut-Katanga : 1,9 million des personnes sont en insécurité alimentaire sévère selon les résultats de l’enquête de EFSA

APERÇU DE LA SITUATION

Province du Tanganyika

Depuis le mois de mai 2020, la situation sécuritaire s’est améliorée au nord-est du territoire de Kalemie, rendant désormais accessibles aux humanitaires les axes routiers Kabulo – Muhala - Lambo Kilela et Tundwa - Lambo Katenga - Manyanga) qui nécessitaient auparavant une escorte.

Environ 48 250 personnes déplacées internes (PDI) et retournées vivent actuellement sur l’axe Lambo KatengaMazinga-Manyanga. Ces PDI ont fui leurs villages situés dans les territoires de Kalemie et Nyunzu dans la province du Sud-Kivu en juin 2020 à la suite d’attaques perpétrées par des hommes armés. Les retournés ont regagné leurs villages après avoir passé plusieurs mois dans la cité de Bendera.

OCHA a conduit du 3 au 7 septembre une mission d’évaluation inter-agences sur l’axe Kabulo – Muhala – Lambo Kilela afin d’évaluer les besoins humanitaires prioritaires.

Province du Haut-Katanga

Près de 3 600 personnes se sont déplacées dans le territoire de Pweto entre février et mai 2020 à la suite de violences communautaires dans le territoire de Nyunzu et des affrontements entre les armées congolaise et zambienne, à Moba.

Entre temps, environ 9 700 personnes sont retournées dans leurs villages à Pweto, après trois ans de refuge en Zambie, à la faveur de l’accalmie observée dans ce territoire depuis 2018. Selon la CNR, ces personnes avaient fui les violences communautaires et des attaques armées en 2017. Les PDI comme les retournés ont des besoins humanitaires urgents. Ils sont parfois obligés de parcourir entre 25 et 45 km à pied pour atteindre une structure de santé.

Face à cette difficulté, le recours aux soins traditionnels reste parfois le seul choix pour certaines personnes. La rentrée scolaire est prévue en octobre mais de nombreux enfants risquent de ne pas aller en classe en raison de l’éloignement des écoles de certains villages. Cette situation pourrait affecter le taux de scolarisation et augmenter les cas de mariages précoces et de viols.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.