DR Congo

République démocratique du Congo - Note d’informations humanitaires pour les provinces du Bas-Uélé, Haut-Uélé, de l’Ituri et la Tshopo (Du 21 avril au 05 mai 2020)

Source
Posted
Originally published

Attachments

FAITS SAILLANTS

  • Près de 300 civils, dont plusieurs enfants, tués en mars et avril à Djugu et à Mahagi

  • Plus de 200 000 personnes en déplacement à Djugu et à Mahagi depuis début avril

APERÇU DE LA SITUATION

Les territoires de Djugu et de Mahagi, dans la Province de l’Ituri restent les principaux foyers affectés par l’insécurité, contraignant des milliers de personnes à se déplacer. En avril dernier, un regain des violences causées notamment par des incursions, des attaques des groupes armés et des opérations militaires a été observé. Environ 300 personnes, dont plusieurs enfants, ont été tuées entre mars et fin avril. Ce bilan est l’un des causes du déplacement de plus de 200 000 personnes vers des localités proches.

On estime que plus de 200 000 personnes sont en déplacement depuis début avril et ont trouvé refuge dans les villages encore stables dans les territoires de Djugu et de Mahagi et de nombreuses autres se sont dirigées vers Bunia ou encore le Territoire d’Aru. La plupart des déplacés vivent dans des familles d’accueil tandis qu’une minorité a trouvé refuge dans des sites spontanés. Ces déplacés sont confrontés à des besoins humanitaires urgents dans tous les secteurs. Les acteurs humanitaires poursuivent leurs évaluations dans les zones encore accessibles pour confirmer la durée des déplacements et mettre à jour les besoins humanitaires. Par ailleurs, les distributions de l’aide humanitaire sont en cours dans la zone de Nizi et à Bunia.

Les affrontements entre les FARDC et les éléments des milices armées depuis début avril avaient contraint certaines organisations humanitaires à suspendre leurs activités, principalement à Fataki, à Drodro et à Bule. Un timide retour des organisations est observé depuis fin avril. L’extension des violences au Territoire de Mahagi a, par ailleurs, considérablement réduit l’accès au niveau de l’axe Bunia – Mahagi – Aru.

Dans la Province de la Tshopo, les tensions intercommunautaires ont contraint au déplacement plus de 34 000 personnes en avril dernier. Elles sont présentement dans la Commune de la Tshopo (Kisangani). Les déplacés viennent de plusieurs villages dont Batiambele, Batiapoko, ou encore Banaganda Elimo. Là encore, les besoins sont pressants. Ces populations attendent une assistance en vivres, en articles ménagers essentiels et en médicaments, rapporte l’ONG Agence de Développement et de Solidarité Paysanne (ADSPA).

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.