République démocratique du Congo: Note d’informations humanitaires pour les provinces du Bas-Uélé, Haut-Uélé, de l’Ituri et de la Tshopo (12 décembre 2019)

Ce rapport a été produit par OCHA Bunia en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il est publié par OCHA et couvre la période du 05 au 12 décembre 2019.

FAITS SAILLANTS

  • Plus de 12 600 enfants ciblés pour une assistance en fournitures scolaires dans les territoires de Mahagi et Djugu.

  • Plus de 30 000 personnes fuyant les violences au Nord-Kivu se réfugient sur l’axe Komanda - Luna.

APERÇU DE LA SITUATION

La situation sécuritaire dans la région de Byakato (Territoire de Mambasa en Ituri) demeure préoccupante à cause des effets conjugués de l’insécurité causée par des miliciens et l’hostilité communautaire aux activités de riposte contre la Maladie à virus Ebola (MVE). L’insécurité née des groupes/bandes armés a provoqué un afflux de 14 000 personnes vers Byakato-Centre, Lwemba, Lukaya, Katanga et Alima. Néanmoins, la Coordination des Nations unies pour la riposte à la Maladie à Virus Ebola a lancé, le 4 décembre, son premier pont aérien dans la Zone de santé de Mandima, qui est considérée comme l’un des points chauds de la MVE. Cette opération vise à déployer momentanément des équipes pour contenir la maladie.

Une mission d’évaluation réalisée par l’ONG INTERSOS et le Haut-Commissariat aux Réfugiés, du 21 au 24 novembre sur l’axe Komanda – Luna (Territoire d’Irumu), a fait état de l’arrivée d’un nombre n’important de personnes déplacées - estimé à plus de 30 000 - dans une dizaine de villages en provenance du Nord-Kivu enregistrées depuis le début du mois de novembre. Elles ont fui les combats entre les FARDC et les supposés éléments d’ADF.

Ces populations ont exprimé des besoins de renforcement de la sécurité dans la zone d’accueil, de soins de santé, d’eau, hygiène et assainissement, de vivres, kits de dignité pour les femmes et jeunes filles, entre autres. A l’issue de cette mission, les partenaires ont fait un plaidoyer auprès des autorités congolaises pour la sécurisation de l’axe Komanda – Luna. Les participants à la mission ont recommandé à la communauté humanitaire de mobiliser des ressources pour la prise en charge médicale des déplacés et des victimes de violences sexuelles et violences basées sur le genre (la gratuité assurée par l’ONG MEDAIR et EUFPASS arrive bientôt à terme), l’assistance en vivres, la scolarisation des enfants, etc. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) intervient en vivres depuis le début du mois de décembre en faveur de ces nouveaux déplacés.

Entre mai et novembre 2019, quatre vagues de déplacements ont été enregistrées sur cet axe, à la suite de l’insécurité née des affrontements armés. Au total, ce sont plus de 110 200 personnes qui pour la plupart vivent désormais dans des familles d’accueil dans les zones de Komanda et Byakato. De 2014 à 2018, ces zones avaient déjà servi de refuge à 100 000 personnes déplacées internes en provenance du Nord-Kivu.

Le président du comité de déplacés de Loda (95 km au Nord-Est de Bunia dans le Territoire de Djugu), rapporte la présence de plus de 3 660 personnes déplacées arrivées depuis juin 2019. Ces personnes ont fui l’insécurité dans le village de Sumbuso (115 km au nord de Bunia). Leurs besoins concernent tous les secteurs : vivres, abris, eau, hygiène et assainissement, soins de santé ; elles n’ont bénéficié d’aucune assistance, à ce jour.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.