République démocratique du Congo - Note d’informations humanitaires pour les provinces du Haut-Katanga, Haut-Lomami, Lualaba et Tanganyika (25 octobre 2019)

FAITS SAILLANTS

• Au moins sept enfants de moins de 5 ans meurent de rougeole, chaque semaine, dans le Haut-Lomami

• Faible réponse humanitaire dans les sites de personnes déplacées du Tanganyika

REPONSE HUMANITAIRE

Épidémies Depuis 2018, la Province du Haut-Lomami est en proie à deux épidémies de choléra et rougeole que les autorités peinent à endiguer. Le bilan communiqué par la Division provinciale de la santé (DPS) pour la période allant du 26 septembre au 16 octobre est à l’image de l’épidémie de rougeole : 830 cas enregistrés dans le Haut-Lomami donc 38 personnes, dont la majorité des enfants de moins de 5 ans, en sont mortes.

A ce jour, plus de la moitié des 19 zones de santé du Haut-Lomami sont touchés par la rougeole, avec Kikondja, Kitenge, Mukanga et Mulongo étant les plus sévèrement touchées. Du 01 janvier au 13 octobre 2019, 16 323 cas de rougeole dont 302 décès ont été rapportés dans cette province. Les statistiques montrent qu’au moins sept enfants de moins de 5 ans meurent chaque semaine de rougeole, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Côté choléra, la tendance demeure aussi inquiétante dans le Haut-Lomami, malgré les activités de riposte mises en place par les ONG nationales AIDES et CENEAS, financées par le Fonds humanitaire de la RDC. Les acteurs humanitaires n’ont, pour l’heure, pu répondre qu’à 40 % des besoins dans les zones de santé de Bukama, Kinkondja et Malemba ; les autres zones de santé manquent cruellement de fonds et de partenaires. Selon la DPS, un cumul de 2 773 cas de choléra dont 87 décès ont été rapportés, depuis le début de cette année jusqu’au 13 octobre 2019 dans le Haut-Lomami.

Dans la Province du Tanganyika, depuis le 23 septembre dernier, le choléra évolue en dents de scie, selon les données de la DPS. Cependant, une baisse a été observée dans la zone de santé de Kongolo qui, depuis le mois d’août dernier, rapportait une moyenne hebdomadaire de plus de 80 cas de choléra, soit 70% de l’ensemble des cas de la province. Au cours des trois dernières semaines (entre le 23 septembre et le 13 octobre), Kongolo a enregistré une moyenne de 35 cas de choléra. Cette baisse est consécutive, entre autres, au renforcement des activités de prévention et de prise en charge que mènent les ONG AIDES et CENEAS. Les acteurs impliqués dans la lutte contre le choléra craignent que cette baisse à Kongolo ne soit que de courte durée ; les facteurs déclencheurs de la maladie – la panne des machines de la REGIDESO pour approvisionner la cité et ses environs en eau potable- n’ont pas trouvé de solutions.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.