DR Congo

République démocratique du Congo - Note d’information humanitaire pour les provinces du Haut-Katanga, du Haut-Lomami, du Lualaba et du Tanganyika, 30 novembre 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

FAITS SAILLANTS

• Plus de 3,2 millions de personnes en insécurité alimentaire dans les provinces du sud-est

• Six femmes/jeunes filles sont victimes, en moyenne par jour, de violence sexuelle dans le Tanganyika- UNFPA

APERÇU DE LA SITUATION

Mouvement continu de personnes au nord de Nyunzu

La situation humanitaire des aires de santé de Butondo, Kabeya Mayi, Kisengo, Lengwe, Sulumba et de Zongwe demeurent préoccupante en raison de l’insécurité qui persiste, entraînant des déplacements de personnes. Depuis la première quinzaine de novembre, plus de 20 000 habitants de Butondo et Zongwe ont fui leurs habitations et se sont installées à Nyunzu-Centre et ses environs, selon une évaluation inter agence conduite par OCHA du 19 au 27 novembre. Parmi elles, plus de 8 000 personnes sont arrivées dans les quartiers périphériques de Nyunzu, rejoignant plus de 22 700 anciens déplacés qui y sont arrivés durant les trois premiers mois de l’année.

Les personnes déplacées, qui représentent 23% du nombre total des habitants de ces villages d’accueil exercent une forte pression sur les faibles revenus des familles d’accueil ; à Sulumba, elles représentent 72% de la population.
Environ 9 800 personnes déplacées sont arrivées dans la zone de santé de Mbulula (Territoire de Kongolo) entre le 13 et le 20 novembre en provenance de plusieurs villages du nord-ouest de Nyunzu. Il s’agit du deuxième déplacement de ces personnes qui ont quitté, la première fois, leurs villages dans les régions Nyunzu, Lengwe et Kongolo, à Nyunzu à cause de l’insécurité. Depuis mai 2020, l’axe Nyunzu – Lengwe – Kongolo était considéré comme un axe de retour où des réponses humanitaires y étaient apportées pour accompagner le retour des déplacés dans leurs zones d’origine. Selon l’évaluation inter agence , les récents déplacés de Nyunzu à Mbulula se trouvent dans des familles d’accueil et n’ont pas encore bénéficié d’une aide. Outre ces personnes, le Territoire de Kongolo abrite aussi 23 000 anciens déplacés venus, entre octobre 2020 et juillet 2021, du territoire voisin de Kabambare (Province du Maniema).

Les violences basées sur le genre Entre janvier et septembre 2021, 1 683 cas de violences basées sur le genre (VBG) ont été répertoriés dans la province de Tanganyika, correspondant à une moyenne de six femmes et jeunes filles affectées par jour. Les territoires de Kalemie et de Nyunzu enregistrent à eux-seuls 75% des cas, en raison de l’insécurité et des violences armées. Selon le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), les chiffres pourraient être encore plus élevés si les survivantes n’étaient pas confrontées aux us et coutumes qui entravent la dénonciation des cas, des difficultés physiques qui freinent la fréquentation des structures médicales appropriées. En plus du sévère traumatisme physique et psychologique causé par le viol, les survivants de la violence sexuelle sont également confrontés à la stigmatisation et à une possible exclusion de leur famille.

Soixante-dix pourcent du financement reçu est axée sur la prise en charge psychosociale et médicale ; le reste du financement sert à organiser des sensibilisations au sein des communautés, la formation des prestataires, la réinsertion socioéconomique ainsi qu’à l’assistance juridique qui avoisine 2%, selon UNFPA Les besoins humanitaires, y compris en termes de protection, augmentent dans le Tanganyika, particulièrement au nord de la province (zone en proie à l’insécurité). OCHA continue à plaider pour plus de financement. Près de 331 510 personnes sont encore en situation de déplacement dans la province et ce chiffre pourrait s’accroître à cause de la dégradation de la situation dans le nord des territoires de Kalemie, Kongolo et de Nyunzu.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.