DR Congo

République démocratique du Congo - Note d’information humanitaire pour les provinces du Haut-Katanga, du Haut-Lomami, du Lualaba et du Tanganyika, 16 avril 2021

Format
Situation Report
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Ce rapport a été produit par OCHA en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il est publié par OCHA et couvre la période du 1 er au 16 avril 2021.

FAITS SAILLANTS

• 65 enlèvements de civils rapportés au 1er trimestre 2021 au Nord du Tanganyika

• 3,5 millions de personnes en insécurité alimentaire dans la région du Sud-Est

APERÇU DE LA SITUATION

Protection

L’insécurité causée par la présence des groupes armés présents dans le Tanganyika et ceux provenant des provinces du Maniema, du Sud Kivu continue d’engendrer des mouvements de population et des incidents de protection avec des conséquences humanitaires dans le nord du Tanganyika. Les acteurs de protection continuent de rapporter des incidents perpétrés dans la province dont la plupart dans les territoires de Kalemie, Kongolo et Nyunzu. Il s’agit de meurtres, viols et enlèvement des personnes. Ces violences poussent au déplacement des familles entières. Ainsi, au 1 er trimestre 2021, le monitoring de protection a collecté 311 incidents de protection ayant fait environ 2 170 victimes et plus de 740 violations de droits humains, dans la Province du Tanganyika.

Enlèvements de civils

Du 1 er janvier au 10 avril, les acteurs de protection ont rapporté 65 enlèvements de civils dans le Tanganyika ; une tendance à la hausse comparée aux statistiques annuelles de 2020 où 49 cas avaient été répertoriés. De nombreuses victimes sont enlevées pendant qu’elles recherchent des moyens de subsistance. Le territoire de Nyunzu est le plus affecté avec 45% des cas.

D’après les spécialistes de protection, même si les hommes représentent la majorité des victimes, les femmes et jeunes filles qui sont enlevées sont sexuellement exploitées et s’occupent des corvées ménagères.

Violences sexuelles basées sur le genre

Entre janvier et mars 2021, 285 cas de violences basées sur le genre (VBG) ont été signalées, dans le Tanganyika, dont 80 cas de viols. Les mutilations sexuelles, la prostitution juvénile, l’incitation des mineurs à la débauche sont les autres types de violence régulièrement rapportés. Près de 52 % des victimes sont des déplacés et retournés ; 35% sont des résidents. Selon le rapport de protection, la majorité de ces actes est perpétrée par des acteurs armés. Les axes situés au Nord de Kalemie sont les plus concernés, à cause de l’insécurité. D’après les acteurs de protection, de nombreuses femmes sont souvent violées en allant aux champs ou à la recherche de bois de chauffe ou d’eau. 65% des survivantes du territoire de Kalemie ont été prises en charge dans le délai de 72 heures pour la réponse médicale. D’autres réponses notamment la prise en charge psychosociale se poursuivent.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.