DR Congo

République Démocratique du Congo Key Message Update : Ralentissement global de l’économie des ménages perturbée par la présence de COVID-19, mai 2020

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Messages clés

  • Le nombre des cas COVID-19 continue d'augmenter en RDC, avec 2546 cas confirmés au 26 mai 2020 sur l’ensemble du pays. Actuellement, sept provinces sur vingt-six sont touchées, avec un plus grand nombre des cas dans la ville de Kinshasa (2293), le Kongo central (176) et le Nord-Kivu (35). Compte tenu de la faible performance dans les tests des cas suspects, il est à craindre que la maladie continue de se propager. En conséquence, de nombreuses personnes font recours à des stratégies de plus en plus sévères pour gagner de l'argent afin de nourrir leurs familles. Les zones affectées actuellement en Stress (Phase 2 de l’IPC) pourront évoluer en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC) avec le maintien des restrictions.

  • Le renforcement par le gouvernement des mesures de restriction en lien avec COVID-19, comme confinement totale de certaines villes, réduction des capacités de trafics, fermeture des frontières, et absence des vols et bien a produit des effets négatifs sur la situation économique du pays. Il en résulte une dépréciation de la monnaie estimée à 4,8 pourcents sur le marché officiel et environ 7,8 pourcents sur le marché parallèle. Depuis les pics sur les prix des denrées en mi-mars dus aux spéculations en lien avec COVID-19 dans certains marchés régulièrement suivis, on observe une tendance à la stabilité voire à la baisse durant les deux dernières semaines du mois de mai. La performance des prix connue à la suite de la suspension par les autorités locales de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) tant sur les importations que sur les ventes locales a permis de relever le pouvoir d’achat des populations.

  • Depuis avril 2020, les perturbations climatiques qui se sont matérialisées par des pluies torrentielles dans le territoire d’Uvira, province de Sud-Kivu ont causé d’énormes dégâts sur les personnes et leurs habitats à la suite des crues des rivières et du lac Tanganyika. Selon les estimations des autorités locales, environ 100 000 personnes sont directement affectées par ces inondations et 78.000 personnes seraient hébergées dans 38 sites de déplacement et dans 5000 ménages d’accueil. Cette catastrophe pourrait diminuer la participation agricole pour la saison agricole prochaine et réduire les possibilités d’accès alimentaire des ménages affectés dans le court et moyen termes. Pour la situation actuelle, ces ménages sont en Crise (Phase 3 de l’IPC).

  • Avec le nouveau conflit territorial déclaré entre la Zambie et la RDC depuis fin mars 2020, dans les villages Moliri et Kibanga, en territoire de Moba, dans la province de Tanganyika, on pourrait s’attendre à une détérioration de la situation humanitaire dans cette province, déjà fragilisée et meurtrie par des conflits intercommunautaires. Les perspectives d’une reprise agricole dans cette zone risqueraient d’être anéanties si la médiation en cours tarde d’aboutir.

  • Le mois de mai en cours est marqué par le début des récoltes vertes des principaux vivriers (mais, arachide et haricot) pour la saison B dans le nord-est et le centre-est de la RDC. Cependant les anomalies enregistrées sur la pluviométrie en cours de saison et les déplacements des populations en zones de crise pendant cette même période ont baissé les récoltes actuelles estimées être en dessous de la moyenne. On peut s’attendre à une période de soudure précoce du fait de la faible performance. Les populations des zones inondées seront en situation de Crise (Phase 3 de l’IPC), notamment dans le littoral de lac Tanganyika, en territoires d’Uvira et Fizi.