République Démocratique du Congo : Key Message Update - Flambée de prix de la farine de maïs au Sud-est dans un contexte de déficit régional, septembre 2019

Report
from Famine Early Warning System Network
Published on 25 Sep 2019 View Original

Messages clés

  • Depuis mi-août 2019, l’ex province du Katanga connait une hausse importante du prix de la farine de maïs consécutive à la restriction des importations en provenance de la Zambie dont dépend essentiellement la région à près de 70 pourcents ; le prix d’un sac de la farine de maïs a presque doublé courant septembre, avec une variation de 125 pourcents. Cette situation alarmante affecte des milliers de ménages qui auront un accès très limité à cette denrée de base.

  • Le cycle de violence qui se poursuit dans l’Ituri pourrait ralentir le retour des ménages déplacés durant cette période cruciale de semaille pour les activités agricoles notamment dans les territoires de Djugu et Irumu. On pourrait s’attendre en fin de saison à des récoltes très en dessous de la moyenne qui conduiraient à la détérioration de la consommation alimentaire des ménages de cette zone qui compte près de 360 000 personnes déplacées depuis mai 2019.

  • La présence d’environ 45 000 réfugiés sud soudanais soit près de 9 000 ménages à Biringi, Merry et Doruma, investis dans l’agriculture avec l’appui de UNHCR et partenaires, dans les territoires de Aru et Faradje, respectivement dans l’Ituri et le Haut-Uele, devra à moyen terme, constituer un atout majeur dans l’approvisionnement de cette zone en denrées alimentaires de base, notamment le riz, le haricot, le manioc et le maïs. On pourrait s’attendre à une disponibilité atypique dans cette zone déficitaire du fait de cette présence.

  • La situation épidémiologique de la maladie à Virus Ebola demeure préoccupant. En date du 23 septembre 2019, un total de 3 168 cas enregistrés a été reporté au niveau national. Cependant, depuis l’implication effective de la communauté aux activités de riposte, l’épidémie semble être sous contrôle dans les zones épicentriques de Beni et Butembo. La ville de Goma n’ayant plus connu des nouveaux cas depuis plus de deux mois. Cette performance rassure les pays voisins qui ont baissé la menace de fermeture de leurs frontières aux conséquences incommensurables.