DR Congo

République Démocratique du Congo: Aperçu de la sécurité alimentaire et de la nutrition | Novembre 2021

Format
Infographic
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Vue d’ensemble

Insécurité Alimentaire Aiguë (IAA)

Environ 27 millions de personnes en République démocratique du Congo (RDC) connaissent des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë (Phase 3 de l’IPC ou plus) entre septembre et décembre 2021, dont environ 6,1 millions connaissent des niveaux critiques d’insécurité alimentaire aiguë (Phase 4 de l’IPC). Il s’agit du plus grand nombre de personnes au monde confrontées à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë. Cette insécurité alimentaire est le résultat de plusieurs facteurs, notamment une combinaison de conflits, de déclin économique, de prix alimentaires élevés et de l’impact persistant de la pandémie de COVID-19. Bien que la dernière analyse représente une légère amélioration par rapport aux chiffres de l’année dernière (27,3 millions), le nombre de cas et la gravité de la situation restent inacceptables. Sur un total de 179 zones analysées, cinq territoires ont été classés en Urgence (Phase 4 de l’IPC), principalement Djugu (province d’Ituri), Kamonia et Luebo (province du Kasaï), ainsi que Dibaya et Luiza (province du Kasaï central). Au cours de la période de projection, de janvier à juin 2022, 25,9 millions de personnes, soit 25 % de la population analysée, seront probablement en Phase 3 ou plus de l’IPC, dont 5,4 millions en situation d’Urgence (Phase 4 de l’IPC). La situation à Irumu (province d’Ituri) et à Gungu (province de Kwilu) va probablement se détériorer, faisant passer ces zones en situation d’Urgence (Phase 4 de l’IPC), avec respectivement 65% et 45% de leur population confrontée à des niveaux critiques d’insécurité alimentaire.

Malnutrition Aiguë (MA)

La toute première analyse de la malnutrition aiguë menée par l’IPC dans 70 zones de santé sur les 503 que compte la RDC a révélé que près de 860 000 enfants de moins de cinq ans et près de 470 000 femmes enceintes ou allaitantes risquent de souffrir de malnutrition aiguë en 2022. Parmi ces enfants, plus de 200 000 devraient souffrir de malnutrition sévère et auront besoin d’un traitement de toute urgence. Les causes de la malnutrition aiguë en RDC comprennent, entre autres, de mauvaises pratiques d’alimentation des enfants, des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë et un accès inadéquat aux services de santé.
Sur les 60 zones de santé incluses dans les territoires couverts par l’analyse IAA, 35 ont la même classification IPC (Phase 3) dans les deux échelles IAA et MNA, tandis que 13 ont une classification MNA plus sévère que celle de l’IAA .