DR Congo

République Démocratique du Congo: des munitions non explosées font courir un danger aux élèves

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Goma, le 27 mars 2013 – Des grenades non explosées, des balles et d'autres munitions inutilisées ont été trouvées le mois dernier dans des égouts utilisés par des écoles de la capitale du Nord Kivu. Pour les élèves de la région l'école représente une menace et non plus un lieu protecteur.

Cinq mois après le début de la crise à Goma, les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) avaient alors contrôlé la ville pendant 12 jours, le Service Jésuite des Réfugiés s'inquiète pour la sécurité des populations civiles, en particulier les enfants.

D'après le personnel du JRS à Goma, les toilettes de l'Institut Bweremana, situé à quelques kilomètres seulement de la ville, sont remplies de grenades et de munitions susceptibles d'exploser d'une minute à l'autre. Ces munitions attestent de la présence des militaires et des rebelles dans Goma avant et pendant le conflit qui a opposé l'armée congolaise aux rebelles du M23 en novembre de l'année dernière. Malheureusement, les munitions n'ont toujours pas été retirées des écoles alors même que plus de 1.000 élèves du primaire et du secondaire ont repris les cours.

Il est urgent de sortir les munitions des écoles.

«Par définition, une école est un lieu de protection, alors qu'ici les élèves risquent leur vie au quotidien. La sécurité et l'intégrité des écoles devraient être garantie de toute urgence», a déclaré Danilo Giannese, Responsable de l'Advocacy et de la Communication au sein du JRS Grands Lacs.

Afin que les élèves puissent aller à l'école en toute sécurité, le JRS fermera les toilettes actuelles et en construira 18 nouvelles – 12 pour le secondaire et 6 pour le primaire.

«Les toilettes contenant toujours des munitions non explosées, nous avons décidé d'intervenir dès que possible afin de protéger les enfants. Ils risquent à tout moment d'être victime d'un accident dû à une explosion. Il en va de notre responsabilité de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger les enfants et de faire en sorte que les écoles redeviennent un lieu de protection et de paix pour les enfants.»

Le contexte.

D'après le Bureau des Nations Unies pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA), suite aux affrontements de novembre et à partir de janvier 2013, le UN Mine Action Service (UNMAS) a détruit plus de 1.757 munitions non explosées et abandonnées et plus de 11.000 munitions pour armes légères.

Depuis avril 2012, au moins 360.000 personnes ont été contraintes de fuir leurs habitations au Nord Kivu à cause des rebelles du M23. 150.000 d'entre elles ont été déplacées de force suite aux combats entre les rebelles du M23 et les forces gouvernementales qui, le 20 novembre de l'année passée, ont trouvé leur point d'orgue dans la chute de Goma aux mains des rebelles.

Après 12 jours d'occupation, les rebelles ont accepté de se retirer à 20 Kilomètres du centre ville. Depuis ce jour, les négociations entre le gouvernement et les leaders rebelles – qui entretemps se sont séparés en deux factions – continuent.