Province Orientale : les députés de l’Ituri plaident pour le retour de la paix dans leur région

Report
from Radio Okapi
Published on 14 Mar 2013 View Original

Les députés nationaux de l’Ituri demandent à la Monusco de plaider auprès du gouvernement pour que celui-ci mette fin à l’activisme des miliciens des FRPI de Cobra Matata dans le territoire d’Irumu et ceux de Morgan dans le territoire de Mambasa dans la Province Orientale. Ils ont formulé cette requête mercredi 13 mars à Bunia au cours d’un échange sur la situation sécuritaire de cette région avec Roger Meece, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC.

Selon le président du caucus des députés de l’Ituri, Tibasima Atenyi Mbogemu, la présence des miliciens des FRPI est à la base de plusieurs exactions que les populations civiles subissent.

« Les FRPI de Cobra Matata négocient avec le gouvernement pour leur sortie. Mais au lieu de sortir, nous enregistrons des morts d’hommes, des viols, des enlèvements, des vols des bêtes des éleveurs .Ce sont des questions qu’il faut résoudre rapidement », a affirmé le député Tibasima Atenyi.

Il a indiqué que leur plaidoyer s’adresse au gouvernement qui doit « de manière régalienne protéger la population et ses biens, prendre ses responsabilités face à ce drame que vivent les populations ».

Quant au problème des miliciens de Morgan, des représentants de la société civile ont proposé de trouver une solution au conflit foncier entre les populations et la réserve de faune des Okapis.

Ce conflit serait à la base de l’activisme de Morgan à Mambasa, d’après eux.

« Il y a le conflit qui est permanant entre les communautés locales et la Réserve de Faune à Okapi .Nous avons demandé à ce qu’on créé un cadre de concertation pour résoudre ce problème », a déclaré le secrétaire de société civile de Mambasa, Martin Mangala.

Pour sa part, Roger Meece a rappelé à ses interlocuteurs que la Monusco soutient le gouvernement dans la recherche des solutions aux problèmes qui se posent. Elle le fait surtout aussi par voie des négociations.

En dehors des députés nationaux et des membres de la société, cet échange a aussi réuni des chefs coutumiers et des membres des associations féminines.

Radio Okapi:
Copyright Radio Okapi