Prise de contact entre la MONUSCO et le nouveau commandant FARDC de SOKOLA II au Sud-Kivu

FISTON NGOMA

Uvira, le 23 août 2018 – Une première prise de contact a eu lieu entre la MONUSCO et le nouveau commandant des FARDC dans le cadre des opérations SOKOLA II au sud du Sud Kivu. Cette rencontre intervient quatre jours après la prise officielle du commandement du secteur opérationnel SOKOLA II au sud du Sud Kivu par le général de brigade David Rugayi SENGABO.

Celui-ci remplace le général major Philémon YAV muté à Lubumbashi. Le cadre de coopération sur les questions militaires dans la région et la protection des civils a été au menu de ces échanges tenus ce jeudi 23 aout 2018 au quartier général de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République Démocratique du Congo, MONUSCO Uvira.

L’objectif, selon le chef du sous bureau de la MONUSCO/Uvira, Abdourahamane Ganda, est « d’abord de faire connaissance. Je viens d’arriver, lui aussi vient d’arriver ! Etablir contact entre moi-même, les autres collègues de la mission onusienne ici dont le commandant de force et officier de liaison du bataillon pakistanais avec le commandant des FARDC. Et ensuite, deuxième point, soulever des questions préoccupantes pour nous tous. »

Deux problèmes ont été évoqués, d’abord la situation de Bijombo, dans les hauts plateaux d’Uvira. Le chef du sous bureau de la monusco a souligné que ce problème est caractérisé par l’absence de l’autorité de l’Etat et l’épineuse question liée à la détention du pouvoir coutumier par trois chefs. A ce problème s’ajoute des cas de tracasseries entretenues par des hommes armés, dont les militaires des FARDC, entre les localités de Kaala et Kabunambo, sur la route nationale numéro cinq, dans la plaine de la Ruzizi. Les deux personnalités ont longuement échangé sur les deux problèmes.

« Le général nous a promis que les FARDC vont déployer leur présence dans Bijombo. et il nous a demandé un soutien logistique que la mission est prête à apporter, sous réserve de nos conditions comme vous le savez. On attend la demande, on va l’examiner pour pouvoir voir dans quelle mesure on va les accompagner », a déclaré le chef du sous bureau de la monusco, Abdourahamane Ganda, avant d’ajouter que sur la question de la sécurisation de la RN5, route nationale numéro cinq, « le général nous a fait part de son dispositif pour la sécuriser. Et ensemble, nous sommes tombés d’accord que nous allons déployer des patrouilles conjointes monusco-FARDC pour renforcer le dispositif du général. »

De son côté, le commandant des FARDC sokola deux sud sud salue l’appui logistique de la monusco promis au déploiement des troupes des FARDC dans les hauts plateaux de Bijombo. par ailleurs, les patrouilles conjointes entre les casques bleus et les FARDC sont envisagés dans la Ruzizi. Le général David Rugayi : « mon impression est bonne après cette visite d’échanges avec la monusco. Ce sont nos partenaires de longue date. On a toujours bien évolué. Il n’y a pas d’incidents majeurs à signaler entre les FARDC et la monusco jusqu’aujourd’hui. Un adage chez nous dit qu’un seul doigt ne peut pas casser la poux. Avec deux doigts, c’est possible ! donc nous en collaboration avec la monusco, j’espère que nous arriverons à un bon résultat sur les cas Bijombo et plaine de la Ruzizi. »

Le commandant des FARDC dans Uvira ne s’est retenu de lancer l’appel aux communautés locales et aux groupes armés actifs dans la région : « la population doit rester calme, l’armée c’est une continuité. Là où mon prédécesseur s’est arrêté, moi je vais continuer. Les groupes armés doivent savoir que les FARDC c’est leur famille. Qu’ils déposent donc les armes et qu’ils viennent, nous allons les recevoir. Sans cela, nous allons les imposer à déposer les armes ! », a déclaré le général de brigade David RUGAYI dans une interview après les échanges.

Le nouveau commandant des FARDC sokola deux sud du sud kivu était attendu ce vendredi 23 aout dans une autre rencontre d’échanges avec d’autres structures regroupant les communautés locales qui sont accompagnées par la section des affaires civiles de la monusco, une rencontre inscrite sous la bannière de la protection des civils.