DR Congo

Plan des Nations Unies pour l’appui a la reponse socio economique immediate au Covid-19 en RDC (mai 2020)

Format
Appeal
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Résumé Exécutif

La COVID-19 affecte le monde depuis près de cinq mois déjà et a occasionné des impacts sanitaires et socioéconomiques sans précédents. Toutes les projections indiquent que le monde connaitra en 2020 sa pire récession depuis la crise de 1930, avec des effets collatéraux majeurs sur les conditions de vie des populations, en particulier des femmes, des jeunes, des travailleurs informels, des réfugiés, des déplacés, des marginaux et des vulnérables. Sur le plan sanitaire, au 31 mai 2020, environ 5 934 936 de cas de COVID-19 ont été relevés à travers le monde, et près de 367 1661 personnes en sont décédées. La COVID-19 représente la pire pandémie que le monde ait enregistrée depuis la "grippe espagnole" de 1918.

A l’instar de tous les autres pays du monde, la République démocratique du Congo (RDC) se trouve confrontée depuis mars 2020 aux affres de la pandémie de la COVID-19. En date du 31 mai 2020, elle comptabilise 2965 cas confirmés et 682 décès, avec sept provinces et 48 zones de santé touchées. Ce choc exogène d’origine sanitaire, a mis en mal le fonctionnement de son économie et entrainé des répercussions socio-économiques et humanitaires majeures, exacerbées par les conditions fragiles et post-conflits du pays. Il ne fait de doute, par ailleurs, que le resserrement de l’espace budgétaire résultant de la chute des prix des matières premières devrait réduire notablement les capacités de l’Etat à faire face à la fourniture de certains services publics clés et à garantir certaines prestations sociales indispensables.

En vue de soutenir la RDC dans ses efforts de lutte contre les effets multisectoriels néfastes de la COVID-19, le Système des Nations Unies (SNU) en RDC a appuyé le Gouvernement à développer une étude d’impacts sanitaires et socioéconomiques de la COVID19 en RDC. Cette étude a permis au pays de concevoir et de mettre en route des instruments programmatiques de réponse au COVID-19 dont un Programme Multisectoriel d’Urgence d’Atténuation des effets de la COVID-19 en RDC (PMUAIC-19), intégrant le plan de riposte sanitaire mis en place depuis mi-mars 2020. Ce Programme a été adopté par le Conseil des Ministres le 08 mai 2020 et sera lancé officiellement dans quelques jours par les autorités du pays.

Le présent Plan du SNU en RDC d’appui à la réponse socioéconomique au COVID-19 est adossé au Programme Multisectoriel d’Urgence d’Atténuation des effets de la COVID-19 en RDC, formulé par le Gouvernement, avec le soutien des partenaires au développement. Il est également aligné au Plan Cadre des Nations Unies de Coopération au Développement Durable (UNSDCF) et adossé aux cinq piliers du Programme cadre des NU pour la réponse socioéconomique immédiate au COVID-19, développé par UNDG, qui fait référence au rapport du SG des NU intitulé « Solidarité mondiale, responsabilité partagée : impacts socioéconomiques de la COVID-19 ».

Il vise globalement à : (i) soutenir la réponse sanitaire COVID-19 du Gouvernement à travers le renforcement des capacités fonctionnelles et opérationnelles du système de santé national à répondre au COVID-19 ; (ii) renforcer la résilience économique du pays face au choc de la COVID-19, en soutenant et protégeant les chaines de production et d’approvisionnement local des biens et produits de base essentiels (agriculture, pêche, élevage, petites et moyennes entreprises, etc.) ; (iii) renforcer la protection sociale des personnes ainsi que la cohésion sociale et la résilience communautaire ; et (iv) renforcer la gouvernance (et les capacités des gouvernements national et provinciaux) pour garantir la continuité des prestations des services essentiels et la mise en route efficace de la réponse multisectoriel COVID-19.

Le Programme conjoint des NU en RDC se fondant sur une approche privilégiant l’équité, ciblera les personnes les plus vulnérables et marginalisées pour les aider à être plus résilients et aptes à faire face à l’impact socio-économique principalement les populations pauvres, les exclus, les marginaux, les travailleurs informels, les femmes, les jeunes, les déplacés internes, les réfugiés, mais aussi les petites et moyennes entreprises / industries formelles et informelles de production des biens essentiels. 3 En effet, près de 52% de la population congolaise vit dans la pauvreté multidimensionnelle sévère (OPHI/PNUD 2019), 15,6 millions en besoins urgents d’assistance humanitaire avant l’émergence de la COVID-19 (PRH 2020), 5,5 millions de personnes déplacées internes (février 2020)) et environ 40 millions dans l’informalité avec des emplois très précaires (Enquête 1-2-3). En outre, seule 16% de la population à accès à l’électricité et 26% à l’eau potable. Une très grande proportion d’entre-elle n’a par ailleurs pas accès aux infrastructures socioéconomiques de base (école, hôpitaux, habitat en dur, toilettes améliorées, etc.). Le choc de la COVID-19 devrait exacerber cette situation. Ainsi, sur près de 44 millions des congolais vivant dans la pauvreté multidimensionnelle, le programme visera à attendre environ 15 millions d’entre-deux. Et sur le plan spatial et géographique, il visera particulièrement les provinces de l’Est affectées par les conflits, les provinces ayant une forte incidence de pauvreté, et les zones rurales reculées.Le coût total du programme se chiffre à 407,77 millions USD, répartis à raison de

• 24 %pour l’axe 1 portant sur la riposte sanitaire ;

• 55 % pour l’axe 2 relatif au renforcement de la résilience économique du pays face au COVID-19 ;

• 20 % pour l’axe 3 concernant la protection sociale, la cohésion sociale et la résilience communautaire ;

• 1 % pour l’axe 4 relatif à la gouvernance. Les ressources disponibles sont évaluées à 203 millions USD (soit 49,8 %). Le Gap à mobiliser grâce à une stratégie de partenariat dynamique et adéquat, représente environ 204,78 millions USD du budget total (50, 2%).

La mise en œuvre de ce plan conjoint du SNU en RDC sera entreprise sous le leadership du Coordonnateur Résident des Nations Unies en République démocratique du Congo, avec l’engament habituel de l’équipe de pays des Nations Unies. La mise en œuvre du plan conjoint du SNU en RDC se fera de manière flexible et modulable aux changements des situations, sur base des évidences observées sur le terrain.