Nord-Ubangi : 3.500 ménages des réfugiés centrafricains et familles d’accueil appuyés en kits agricoles et de pêche par la Caritas pour leur autonomisation

Report
from Caritas
Published on 16 Apr 2018 View Original

Gbadolite, le 16 avril 2018 (caritasdev.cd) : Grâce au financement du Gouvernement allemand (AA) et de la Caritas Allemagne/DCV, Caritas Congo Asbl et la Caritas-Développement Molegbe ont commencé depuis jeudi 12 avril 2018 la distribution des kits d’agriculture et de pêche au profit de 3.500 ménages des réfugiés centrafricains et familles d’accueil.

Cette activité qui se poursuit dès ce lundi sur quatre autres sites restants sur les huit ciblés, s’inscrit dans le cadre d’un projet d’appui multisectoriel en sécurité alimentaire dans les Territoires de Mobayi-Mbongo et Yakoma, au Diocèse de MOLEGBE, dans la Province du Nord-Ubangi.

Ce projet vise la lutte contre l’insécurité alimentaire dans les zones d’accueil et la promotion de la cohabitation pacifique entre les réfugiés et les communautés hôtes. De manière spécifique, il est question d’appuyer 3.500 ménages des refugiés centrafricains et leurs familles d’accueil dans des activités d’agriculture vivrière et de pêche. Les bénéficiaires sont ainsi 1.750 réfugiés centrafricains et les familles d’accueil pour l’agriculture et 1.750 autres pour la pêche.

Les activités de distribution de kits d’intrants agricoles et de pêche ont alors débuté le jeudi 12 avril 2018 par les Groupements GBAU et HOTO-MBANZA, situé à 42 KM de GBADOLITE, dans le village de MOGORO. Elles ont été lancées par Mr l’Abbé Egide de la Croix MBIMBA MOKUMBU, Coordonnateur de la Caritas-Développement Molegbe, aux noms de Mgr Dominique Bulamatari, Evêque de Molegbe, du Secrétaire Exécutif de Caritas Congo Asbl et de la Caritas Allemagne. Dans son mot de circonstance, Mr l’Abbé Egide de la Croix MBIMBA a exhorté les bénéficiaires à bien utiliser les intrants et à profiter des semences mises à leur disposition pour leur autonomisation. Il leur a notamment interdit de les vendre.

C’est dans un climat très détendu et de paix que cette cérémonie de distribution s’est déroulée en présence des Chefs des Groupements GBAU et HOTO MBANZA, du chef de Quartier GBAU, du Représentant de la Direction Générale de la Migration (DGM), du Commandant du Sous-Commissariat des FARDC (armée nationale), d’autres représentants des refugiés Centrafricains, ainsi que du Coordonnateur national adjoint dudit projet au sein de la Caritas Congo Asbl, Mr Vincent Pili-Pili. Ce dernier a précisé le calendrier de distribution en indiquant qu’elle se poursuivra ce lundi au site de Nkambo. Dès demain, elle se poursuivra sur les trois sites de Gbogbo, Yomba et Limasa (le plus éloigné à environ 200 kms de Gbadolite dans le Territoire de Yakoma).Mr Pili-Pili s’est réjoui du bon déroulement de cette opération dans les quatre premiers sites de Mogoro, Lembo, Nzakara et Gbiaka.

Commencée à 10h00’, l’activité a pris fin à 17h30, dans la très grande satisfaction des bénéficiaires.

En ce qui concerne la composition des kits, celui de pêche est constitué de : 2 bobines de nylon, une boite des hameçons, quatre filets, une machette longue, une lime et 5 pièces de ralingue. Quant à celui d’agriculture, on y retrouve 11,5 kgs de semences d’arachides, 12 kgs celles de maïs, 12 kgs de semences niébés, deux machettes longues, deux houes, un râteau, une bêche et un arrosoir. Ils ont aussi reçu 0.16 kgs de semences Gombo, 0.16 kgs d’amarantes et 0.16 kg de morelle (Bilolo).

Pour rappel, la Province du Nord-Ubangi a reçu deux vagues successives des réfugiés centrafricains, estimées à plusieurs dizaines de milliers des personnes, la 1ère en 2013 et la seconde en avril 2017. « Grâce à la Caritas Congo Asbl et à la Caritas Allemagne (DCV), nous sommes aux côtés de ces réfugiés. Nous essayons dans la mesure du possible de leur venir en aide. Nous avons déjà reçu trois projets en leur faveur de la part de la DCV, dans tous les quatre camps créés pour accueillir ces réfugiés. Nous leur avons apporté des habits, des assiettes et pour le moment nous sommes passés à une aide qui pourrait les rendre autonomes : un projet de planter et produire eux-mêmes ce dont ils ont besoin pour se nourrir », avait déclaré Mgr Dominique Bulamatari en novembre 2017.

Guy-Marin Kamandji