DR Congo

Nord-Kivu : des lieux de commerce rénovés par la MONUSCO pour relancer l’économie et réduire les violences communautaires

JOËL BOFENGO

Les deux principaux marchés de la commune de Lubero et de Mulo ont été rénovés sur un financement de la MONUSCO. Dans cette région où des groupes armés locaux constituent encore une menace sécuritaire grave, ces lieux de commerce sont une bouffée d’oxygène pour une population dont l’activité économique pâtit gravement de l’insécurité.

Les deux projets ont été financés à hauteur de 200 000 dollars américains. Ils ont été présentés en fin de semaine dernière lors du passage du chef de bureau de la MONUSCO dans la région de Beni-Butembo-Lubero. Le premier projet a été exécuté au marché public de Mulo, où deux hangars ont été construits. Des latrines, un dépôt de marchandises et un bureau pour l’administrateur du marché ont également été érigés.

Au marché central de la commune de Lubero, ce sont trois hangars qui peuvent recevoir jusqu’à deux cents commerçants qui ont été construits. Ici aussi, des latrines, un dépôt de marchandises et un bureau pour l’administrateur du marché sont sortis de terre.

Dans ces deux lieux de négoce, les usagers peuvent commercer sans avoir à redouter les intempéries ou les difficultés pour garder leur marchandise en sécurité. Ce qui réjouit forcément la représentante des commerçants, Nzay Sina Sura. « Nous, les bénéficiaires de ce grand marché, joli marché de Mulo, sommes très heureux d’avoir un joli bâtiment, un joli parapluie. Il n’y en a jamais eu de si joli dans ce quartier. Et nous vous promettons de bien tenir l’ordre et la discipline dans ce marché », a-t-elle ajouté.

Lieu de cohésion sociale

Pour le président de la société civile de la commune rurale de Lubero, ce lieu de commerce est un peu plus qu’un simple endroit où vont se dérouler des activités commerciales. Jackson Vahalwire parle d’un lieu de cohésion où les communautés vont se rencontrer, discuter, échanger, réduisant ainsi les possibilités de confrontation.

Il estime en outre que la rénovation de ce lieu multiplie les possibilités d’autonomisation des femmes, souvent contraintes de vivre dans la précarité dans une zone où les lieux de commerce sont également la cible des groupes armés.

Dans l’esprit même de la MONUSCO, ces marchés rénovés sont plus que des lieux de commerce. Des ex-combattants ont participé aux travaux de construction, assurant leur réintégration dans la communauté par le travail. Il s’agit aussi de relancer l’activité économique d’une région dévastée par l’activité des milices locales. Cette zone est pourtant grande productrice de denrées alimentaires qui nourrissent les agglomérations du Nord-Kivu.

« A travers ces marchés, nous avons voulu promouvoir la relance économique, notamment à travers le commerce des produits agricoles. Il ne faut pas oublier que ce projet se place dans le cadre d’un programme de réduction des violences. Donc, il était important que ces communautés qui, à terme, vont recevoir les ex-combattants qui se sont démobilisés leur donnent des conditions qui leur permettront de prospérer économiquement et, donc, de tourner la page et qu’ils commencent à penser au leur futur », explique ainsi Cecilia Piazza, cheffe de bureau de la MONUSCO.

Les marchés de Kirumba et Kanyabayonga, toujours dans la même région, ont également bénéficié de ce projet dont les travaux de construction se poursuivent encore. L’administrateur du territoire de Lubero, le colonel Alain Kiwewa, appelle la MONUSCO à penser à d’autres projets de développement et de stabilisation de cette zone, aspirant à la fois à la sécurité et au développement.