DR Congo

Maladie à virus Ebola – République démocratique du Congo : Bulletin d’information sur les flambées épidémiques, 21 mai 2020

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Du 13 au 19 mai 2020, aucun nouveau cas confirmé de maladie à virus Ebola (MVE) n’a été signalé dans la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (Figure 1). Depuis la résurgence de la flambée, le 10 avril 2020, sept cas confirmés ont été signalés dans les aires de santé de Kasanga, de Malepe et Kanzulinzuli, dans la zone de santé de Beni. Deux de ces cas qui étaient pris en charge dans un CTE ont guéri et sont rentrés chez eux, et un reste dans sa communauté (état inconnu). Les quatre autres personnes dont le diagnostic pour Ebola a été confirmé sont décédées, deux au sein de la communauté et deux au CTE de Beni. Aucun nouveau cas n’a été signalé depuis le 27 avril. La dernière personne dont le diagnostic pour Ebola a été confirmé est guérie et a pu quitter le centre de traitement le 14 mai 2020. Le même jour, le Ministère de la santé de la République démocratique du Congo a déclaré le début du compte à rebours de 42 jours jusqu’à la fin de la flambée. Le 18 mai, les 90 contacts qui restaient sous surveillance ont achevé leurs 21 jours de suivi.

Au total, 1486 personnes ont été vaccinées à Beni et à Karisimbi depuis le 10 avril 2020. À ce jour, aucune source d’infection n’a été identifiée de façon définitive.

Du 13 au 19 mai 2020, 2832 alertes en moyenne ont été signalées chaque jour, dont 2827 (plus de 99 %) ont fait l’objet d’une enquête dans les 24 heures. Parmi celles-ci, 385 ont été validées en moyenne quotidiennement et correspondaient à des cas suspects nécessitant des soins spécialisés et un dépistage en laboratoire pour exclure la MVE. Ces trois dernières semaines, le rythme des alertes s’est amélioré dans les zones de santé touchées. Huit laboratoires continuent d’assurer un dépistage en temps voulu des cas suspects. Ainsi, du 11 au 17 mai 2020, 2869 échantillons ont été analysés, dont 2081 prélèvements sanguins sur des sujets vivants présumés atteints, 382 écouvillonnages réalisés sur des sujets décédés dans les communautés et 406 échantillons prélevés sur des patients ayant subi un nouveau test. Dans l’ensemble, l’activité de laboratoire a augmenté de 15 % par rapport à la semaine précédente.

Au 19 mai 2020, 3462 cas de MVE avaient été notifiés au total, soit 3317 cas confirmés et 145 cas probables, dont 2279 cas mortels (taux de létalité global de 66 %) et 1171 survivants. Sur le nombre total de cas confirmés ou probables, 57% (n=1970) étaient des femmes, 29% (n=1002) des enfants âgés de moins de 18 ans, et 5% (n=171) des agents de santé. Depuis le début de la flambée épidémique, 250 292 contacts ont été enregistrés et, depuis août 2018, 303 867 personnes (intervenants de première ligne, contacts et contacts de contacts de cas confirmés) ont été vaccinées contre la MVE avec le vaccin rVSV-ZEBOV-GP.

Les efforts se poursuivent pour trouver le cas confirmé manquant à l’appel et pour enquêter sur l’origine du récent groupe de cas dans la zone de santé de Beni. Compte tenu de la durée et de l’ampleur de la flambée de maladie à virus Ebola dans les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu en République démocratique du Congo, ainsi que de l’endémicité du virus Ebola parmi les réservoirs animaux de la région, il existe un risque de voir le virus réapparaître aussi bien avant qu’après la déclaration de fin de l’épidémie. Dans les prochaines semaines et les prochains mois, il est crucial de maintenir un système de surveillance solide et efficace pour détecter, isoler, tester et traiter les nouveaux cas suspects le plus tôt possible, pour améliorer l’issue des cas potentiels et briser toute nouvelle chaîne de transmission éventuelle. Il est essentiel dans cette riposte à la flambée épidémique de maintenir une coordination et une communication solides entre les partenaires, les autorités et les communautés touchées, ainsi que de poursuivre l’appui offert aux survivants de la MVE et de garantir leur participation.

Action de santé publique

Pour des informations détaillées sur les actions de santé publique menées par le Ministère de la santé, l’OMS et les partenaires, veuillez consulter les derniers rapports de situation publiés par le Bureau régional OMS de l’Afrique :

Évaluation du risque par l’OMS

Le 14 avril 2020, l’OMS a modifié l’évaluation du risque pour cet événement, qui est passé d’élevé à modéré aux niveaux national et régional et qui est resté faible au niveau mondial. L’évaluation du risque sera réexaminée en permanence au cours des prochains jours en fonction des informations disponibles et communiquées.

Pour plus de renseignements, veuillez consulter la Déclaration sur la réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international (2005) concernant la maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo du 14 avril 2020

Conseils de l’OMS

Sur la base des informations actuellement disponibles, l’OMS déconseille d’instaurer des restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux avec la République démocratique du Congo en lien avec cette flambée de MVE. Les exigences relatives aux certificats de vaccination Ebola ne constituent pas une base raisonnable pour restreindre la circulation transfrontalière ou la délivrance de visas aux voyageurs en provenance ou à destination des pays touchés. L’OMS continue de suivre de près et, si nécessaire, de vérifier les mesures relatives aux voyages et au commerce dans le cadre de cette flambée. À l’heure actuelle, aucun pays n’a mis en œuvre de mesures relatives aux voyages qui entravent considérablement le trafic international à destination et en provenance de la République démocratique du Congo en lien avec cette flambée de MVE. Les voyageurs devraient consulter un médecin avant leur départ et adopter de bonnes pratiques d’hygiène. De plus amples informations sont disponibles dans les recommandations de l’OMS concernant le trafic international dans le cadre de la flambée de maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo (en anglais).

Pour obtenir davantage d’informations, veuillez consulter les éléments suivants :