« Les Haricots et La Casserole »: Notes d’Orientation des Cluster Sécurité Alimentaire (SECAL) et Articles Ménagers Essentiels (AME)/ ’NFI’ (Non-Food Items) et Abris en R.D.Congo pour la Coordination et la Mise en Œuvre des Programmes

Report
from World Food Programme, Food Security Cluster, Shelter Cluster
Published on 19 Dec 2017

Préparées Conjointement par le Cluster AME/’NFI’ et Abris et le Cluster Sécurité Alimentaire Décembre 2017

Pourquoi Les Notes d’Orientation pour les secteurs AME1 et SECAL2 ?

Dans le domaine des réponses humanitaires, plusieurs liens techniques et conceptuels existent entre différents secteurs, tels que la Sécurité Alimentaire et la Nutrition ou la Santé et l’Eau, Hygiène, et Assainissement (EHA). D’ailleurs, certains domaines ont des associations importantes pas seulement conceptuelles mais aussi sur le plan opérationnel nécessitant une coordination étroite entre les deux secteurs. Tel est le cas pour la Sécurité Alimentaire (SECAL) et les Articles Ménagers Essentiels3 (AME) qui restent parmi les besoins prioritaires des ménages, surtout ceux affectés par des catastrophes soudaines4 , des mouvements des populations où ils connaissent souvent des pertes importantes de biens, ainsi que les crises chroniques ou prolongées. Lors des mouvements de population (qu’il s’agisse d’un déplacement ou d’un retour), les ménages ne parviennent pas souvent à transporter un grand volume des biens, vivres, articles productifs (outils aratoires, semences, animaux), ainsi que les articles ménagers et personnels. Ainsi dans un contexte de déplacement ou de retour, les ménages ont souvent prioritairement besoin de se nourrir et s’abreuver pour rester en vie, stocker de la nourriture et de l’eau, s’habiller, se laver, dormir et retrouver le plus vite une activité économique productive. En plus de la capacité limitée de porter ces biens lors d’un mouvement de population, dans les situations de crise avec violence ainsi que les catastrophes naturelles, la perte/destruction/pillage des biens (articles ménagers, vivres, et bien productifs) sont aussi fréquents. Ceci pourra aussi aboutir à l’aggravation de la vulnérabilité des ménages et diminuer leurs capacités à faire face à leurs besoins immédiats ainsi qu‘aux chocs futurs.

Un autre facteur qui encouragera une coordination et collaboration entre les deux secteurs est le fait que ces deux domaines ont une unité d’intervention commune : le « ménage » ou la « famille ». Par conséquent, il y a plusieurs aspects qui se ressemblent dans les pratiques de la mise en œuvre des programmes : l’analyse des besoins, les stratégies de ciblage, les aspects logistiques liés aux activités, l’accès humanitaire, la prise en compte des enjeux de la protection et du genre—innocuité, redevabilité envers les ménages bénéficiaires - l’utilisation des approches monétaires5 et coupons, ainsi que les stratégies de suivi et évaluation.

D’ailleurs de plus en plus les acteurs humanitaires en RDC sortent des ‘silos’ sectoriels d’Assistance Alimentaire/SECAL et AME en apportant un appui multisectoriel aux ménages vulnérables. Il est important que nos deux secteurs soient en mesure d’encourager cette collaboration et par conséquent de proposer un cadre pour cette coordination—pour assurer que le maximum des ménages affectés et dans le besoin trouvent l’accès ET à la ‘casserole’ (AME/NFI) ET aux ‘haricots’ (SECAL). L’expérience montre que dans des urgences complexes, les réponses conjointes et/ou simultanées en AME et SECAL sont susceptibles de contribuer à une amélioration de la sécurité alimentaire et la qualité de vie des ménages.

En vue de la complémentarité entre les deux domaines, la présente note d’orientation a été élaborée conjointement par les Clusters AME/’NFI’ et Abris et SECAL en RDC avec le but de déterminer les sujets d'intérêt commun et les activités sur lesquels les acteurs s’engagent à collaborer concrètement. Les Clusters espèrent également encourager une réflexion au niveau des Clusters Globaux sur la collaboration intersectorielle et son impact sur l’assistance humanitaire.