DR Congo

Le transfert monétaire donne une lueur d’espoir à Judith

Source
Posted
Originally published
Origin
View original
© UNICEF RDC 2016 Gabriele Erba

posté le 6 JUILLET 2016 par GIULIA RINDI

Entretien de Gabriele Erba avec Judith, une des 2649 familles dont UNICEF a porté assistance avec ARCC III.

Le transfert monétaire pour le bien-être de 23 480 ménages

MINOVA, SUD-KIVU –Cela m’a pris deux heures en voiture pour atteindre Minova, qui se situe à 40 km plus ou moins de Goma. Ma mission avait pour objectif de contrôler conjointement ave notre partenaire AVSI, la nouvelle phase des Réponses Alternatives aux Communautés en Crise (ARCC) III. Là, j’ai rencontré Judith, une femme de 32 ans qui est arrivée à Minova en février avec ses 4 enfants.

Elle attendait de recevoir le transfert monétaire de l’UNICEF qui depuis 2013 a contribué à améliorer le bien-être de plus de 23 480 ménages.

Comme bien d’autres, elle a fuit son village d’origine à cause des conflits entre les Forces Armées de la RDC (FARDC) et les groupes armées dans la province du Sud-Kivu.

Le transfert monétaire répond aux divers besoins de Judith

En janvier 2015, j’ai dû fuir Lumbishi, qui est à une journée de distance de marche de mon village d’origine, Ziralo. Quelques jours plus tard, la situation en matière de sécurité s’est aussi aggravée à Lumbishi, alors j’ai décidé de partir à nouveau. Je suis arrivée à Minova après une journée de marche avec mes quatre petits enfants. La situation, ici, est bien meilleure et je me sens plus en sécurité.

Quand elle est arrivée à Minova, Judith n’avait rien. Elle a perdu tout ce qu’elle avait à Ziralo. Elle n’avait pas les moyens pour payer ni les frais d’hospitalisation de son enfant atteint de malaria ni les frais scolaires. Elle ne savait pas où loger. Elle se sentait seule et perdue.

Le transfert monétaire m’a donné une nouvelle lueur d’espoir. Avec les 120 dollars, je peux désormais payer le loyer de ma maison à Minova, la dette que j’avais envers l’hôpital ainsi que les frais scolaires de mes enfants pour qu’ils puissent poursuivre leurs études sans avoir à attendre le retour à Ziralo.

La troisième phase de l’ARCC (2015-2017) de l’UNICEF a pour objectif d’assister 177 500 personnes dans les provinces de Haut-Katanga, Tanganyika, Nord-Kivu et Sud-Kivu.

venir en aide aux ménages touchés par les conflits

En coordination avec ses partenaires (CRSAVSI et MERCY COPRS) et du premier programme de réponse (RRMP) de l’UNICEF, ARCC III vise à renforcer le cadre de la programmation de l’UNICEF pour venir en aide aux ménages touchés par les conflits et pour mieux répondre aux vulnérabilités des états d’urgence prolongée dans l’est de la RDC. ARCC III est un programme phare de l’UNICEF dans le domaine du transfert monétaire.

Quand le marché est suffisamment dynamique pour utiliser ce système de transfert monétaire comme instrument d’assistance, les partenaires de l’ARCC peuvent intervenir pour répondre aux besoins essentiels (Santé et Education) et permettre aux bénéficiaires de diversifier leurs moyens de subsistance.

Personne ne peut mieux savoir que soi-même comment satisfaire ses propres besoins, c’est pourquoi ce transfert monétaire est un instrument d’assistance flexible et digne qui permet de mieux répondre aux divers besoins des personnes vulnérables de la RDC.

Judith veut monter une entreprise

Judith peut enfin voir la lumière au bout du tunnel. Comme bien d’autres personnes déplacées internes en RDC, elle veut mener une vie normale et voir même de monter une entreprise.

Je voudrais ouvrir une petite entreprise de feuilles de manioc afin d’avoir une revenue qui permettrait à moi et à ma famille de reconstruire une nouvelle vie ici.

J’espère qu’un jour la situation en matière de sécurité s’améliorera à Ziralo et que je pourrai retourner à la maison. Mais entretemps, je veux juste mener une vie normale, même si c’est à Minova.

Découvrez comment l’ARCC a amélioré le bien-être de plusieurs ménages à Minova