Le HCR reçoit des témoignages de violences barbares dans la région de l’Ituri, à l’est de la RDC

Report
from UN High Commissioner for Refugees
Published on 13 Jul 2018 View Original

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Charlie Yaxley – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 13 juillet 2018 au Palais des Nations à Genève.

Après des mois de conflit entre les groupes ethniques Hema et Lendu dans la région de l’Ituri, dans l’est de la République démocratique du Congo, une équipe du HCR a récemment pu accéder à cette zone et y a rencontré des personnes anciennement déplacées parmi 150 000 d’entre elles qui étaient rentrées dans l’espoir de retrouver leur foyer.

La situation sur place est déplorable. Au total, environ 350 000 personnes auraient fui la violence. Beaucoup parmi ceux qui sont revenus constatent que leurs villages et leurs maisons ont été réduits en cendres, ce qui les oblige à se déplacer à nouveau.

Notre équipe a reçu de nombreux témoignages déchirants sur des violences barbares, y compris des groupes armés attaquant des civils avec des fusils, des flèches et des machettes, des villages entiers rasés, ainsi que des fermes et des magasins pillés et entièrement détruits.

Les défis humanitaires sont vastes - les hôpitaux, les écoles et autres infrastructures ayant été complètement détruits. Le HCR est vivement préoccupé par le nombre d’enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère et qui ont besoin de soins médicaux urgents.

Parallèlement, les conditions dans les sites de déplacement sont également désespérées. Dans de nombreux endroits, il n’y a pas d’eau potable, ni d’accès aux soins de santé ou d’installations sanitaires en nombre suffisant. La situation est particulièrement préoccupante dans le site de déplacés localisé près de l’hôpital général de Bunia, où le risque de propagation des maladies est important et croissant, ainsi que le taux de mortalité. Plusieurs personnes y sont décédées en juin. Par ailleurs, le nombre de personnes souffrant de maladies respiratoires et d’anémie augmente rapidement.

Pour les rapatriés et ceux qui se trouvent sur les sites de déplacement, le HCR fournit des kits d’urgence et des abris de transition pour remplacer les maisons qui ont été endommagées ou détruites. Nous fournissons également des allocations d’aide en espèces pour répondre aux besoins immédiats et critiques, la priorité étant accordée aux plus vulnérables. Quelque 1 500 familles devraient recevoir en moyenne 210 dollars, selon la taille de la famille. Le HCR intensifie également l’engagement communautaire afin d’améliorer la cohésion sociale entre les différents groupes ethniques.

Toutefois, nos efforts restent entravés par un sous-financement sévère et critique. L’appel de fonds pour l’aide humanitaire en République démocratique du Congo compte parmi les moins financés au monde. A ce jour, le HCR n’a reçu que 17% de la somme de 201 millions de dollars recherchés pour assurer la protection, fournir une aide vitale et une assistance à l’intérieur de la République démocratique du Congo.

Le HCR exhorte la communauté internationale à verser des contributions supplémentaires et à mettre en œuvre d’urgence des mesures pour répondre aux besoins immédiats et urgents des personnes affectées par la violence.

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

A Genève, Charlie Yaxley, yaxley@unhcr.org, +41 79 580 87 02
A Nairobi, Dana Hughes, hughes@unhcr.org, +254 733 440 536
A Kinshasa, Simon Lubuku, lubuku@unhcr.org, +243 81 950 0202