DR Congo

Le Gouvernement déclare la fin de l'épidémie de la maladie à virus Ebola dans la Zone de santé de Boende | Province de l'Equateur, Nord-ouest de la RDC

Source
Published
Origin
View original

Au 04 octobre 2014, date du dernier cas confirmé, un total de 66 cas (38 confirmés et 28 probables) de la Maladie à virus Ebola a été rapporté en RDC, avec 49 décès enregistrés dont 8 parmi les agents de santé. Le taux de létalité a été de 74,2%.

La RDC déclare la fin de l'épidémie de la maladie à virus Ebola dans la Zone de Santé de Boende | Province de l'Equateur | Nord-ouest du pays

KINSHASA | 15 novembre 2014. Au 15 Novembre 2014, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo (RDC) a officiellement déclaré la fin de l'épidémie de la Maladie à virus Ebola (MVE) dans la Zone de Santé de Boende (Secteur de Djera), Province de l'Equateur. Cette déclaration a été faite à Kinshasa par le Ministre de la Santé Publique, le Dr Félix Kabange Numbi lors d'un point de presse, en présence du Représentant de l'OMS, de la Représentante de l'UNICEF et des autres partenaires.

Au 04 octobre 2014, date marquant le dernier cas confirmé, la RDC a enregistré 66 cas dont 28 probables et 38 confirmés positifs à Ebola, souche Zaïre, parmi lesquels 8 agents de santé décédés (taux de létalité: 74,2%). Au total 1.121 contacts ont été suivis pendant 21 jours chacun et 232 échantillons ont été prélevés et examinés au laboratoire.

"Depuis le 04 octobre 2014, aucun nouveau cas confirmé de la maladie à virus Ebola n’a été enregistré dans le territoire de Boende, soit 42 jours de recherche active des cas, de surveillance intense et de sensibilisation des communautés. Et comme l’exige le Règlement Sanitaire International, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo déclare ce 15 novembre 2014 la fin de l’épidémie de la maladie à virus Ebola dans le territoire de Boende, District de la Tshuapa dans la Province de l’Equateur", a indiqué le Ministre de la Santé Publique.

Selon le Dr Kabange Numbi, "la RDC a réussi a stopper la transmission de la maladie à virus Ebola en 40 jours grâce à l'engagement à un très haut niveau des autorités du pays: Présidence de la République et Gouvernements tant central que provinciaux, la forte campagne de sensibilisation du public ainsi que le partenariat exemplaire des organisations amies de la RDC".

Le Ministre de la Santé Publique a rappelé que la maitrise précoce de cette épidémie était liée principalement à la triple approche mise en œuvre par la RDC. Il s'agit entre autres de: i) l’approche communautaire qui consiste en l’appropriation de la lutte par les communautés de base à travers les stratégies dites "village par village" et "pas un ménage sans désinfectant"; ii) l’approche clinique ou médicale qui passe par la gratuité des soins dans toutes les structures et l’administration des soins de qualité dans les centres de traitement Ebola; iii) enterrements sécurisés de tous les décès pendant la période de l’épidémie.

"La fin de l’épidémie que j’annonce ce jour ne signifie pas que le danger est totalement écarté, la RDC reste comme tous les autres pays du monde, sous la menace des cas d’importation de la maladie à virus Ebola sévissant en Afrique de l’Ouest. En plus, notre écosystème nous oblige à être en permanence en alerte dans le pays", a encore souligné le Dr Kabange Numbi.

Le 24 août 2014, la RDC avait notifié à l’Organisation mondiale de la Santé une flambée de maladie à virus Ebola dans la province de l’Equateur. Le cas index était une femme enceinte du village d’Ikanamongo qui avait découpé un animal de brousse tué et ramené de la forêt par son mari. Elle était tombée malade en manifestant des symptômes de maladie à virus Ebola. Elle s’était par la suite présentée dans un dispensaire privé au village d’Isaka où elle est décédée le 11 août 2014 d’une fièvre hémorragique qui n’avait pas été clairement identifiée au départ.

L'OMS et tous les autres partenaires (UNICEF, MSF- Pool d'Urgence Congo, UNHAS, PAM, MONUSCO, OCHA, PNUD, Banque mondiale, CDC-Atlanta, Laboratoire microbiologique de Winnipeg-Canada, Union européenne, Clinique PSY, Gouvernement de la Chine, Gouvernement de la Malaisie, John Hopkins University School’s of Medecine, Croix-Rouge de la RDC ainsi que d'autres Organisations non-gouvernementales locales et internationales) ont largement apporté leur appui tant technique, logistique que financier au Gouvernement, en renforçant les capacités de riposte du pays et le niveau de préparation face à cette flambée.

"L'OMS se réjouit du fait que l'épidémie se termine sans aucune nouvelle infection parmi les professionnels de santé et les équipes déployées sur le terrain pour la riposte. Notre priorité absolue, avec les autres partenaires, était d'interrompre la transmission de la maladie à virus Ebola, de soigner les patients affectés, de fournir les matériels de protection, de renforcer la communication pour prévenir le risque d'extension de la maladie à d'autres zones de santé des provinces limitrophes de Boende, de veiller au respect des enterrements sécurisés dans la dignité des personnes mortes d'Ebola, tout en déployant une logistique efficace et efficiente dans la gestion et le contrôle de cette maladie", a résumé le Représentant de l'OMS en RDC, le Dr Joseph Waogodo Caboré.

Avant et pendant l'épidémie, un Comité National de Coordination (CNC) présidé par le Ministre de la Santé Publique ou son délégué, regroupant en son sein plusieurs Sous-Commissions (Coordination, Surveillance épidémiologique & Alerte précoce, Communication, Prise en charge - clinique & psycho-sociale - Logistique, Eau, Hygiène & Assainissement, Laboratoire & Gestion des données) a fonctionné de manière régulière pour surveiller l'évolution de l'épidémie et apporter la réponse appropriée. Plusieurs visites de terrain (Mbandaka, Chef-lieu provincial de l'Equateur, Boende et Lokolia) ont été conduites par le Ministre de la Santé Publique avec ses partenaires (OMS, MONUSCO etc.) entre mi-août, début septembre et octobre 2014 pour renforcer les stratégies de lutte à travers le Comité International de Coordination Scientifique et Technique (CICST) basé à Lokolia, épicentre de l'épidémie.

Les équipes de la prise en charge ont fourni de l'assistance psychosociale aux contacts et membres des familles des personnes mortes d'Ebola dans le Secteur de Djera, tandis que les activités de sensibilisation de la population se sont poursuivies avec l'expertise de l'UNICEF et des agents de la Croix-Rouge de la RDC. Les activités de surveillance épidémiologique vont être maintenues de manière à détecter précocement d'autres éventuelles flambées dans cette région à forte hydrographie et d'accès difficile.

Dans le même temps, une formation pluridisciplinaire relative au renforcement des capacités, en quantité et en qualité, des agents du Ministère de la Santé Publique à la gestion et au contrôle de la MVE a été lancée à Kinshasa le 28 octobre 2014 par le Gouvernement, avec l'appui de l'OMS, de l'UNICEF et des autres partenaires en vue de déployer ces professionnels dans les pays de l'Afrique de l'Ouest encore touchés par l'épidémie. Ceci en réponse au vœu émis par le Chef de l'Etat de la RDC lors de la dernière Assemblée Générale des Nations unies, à New York, dans le but d'apporter la contribution et l'expertise de la RDC aux pays susmentionnés.

Cette épidémie de la Maladie à virus Ebola qui s'est terminée en RDC - la 7ème du genre frappant ce vaste pays de l'Afrique centrale depuis 1976 - n'a aucun lien épidémiologique avec celle ayant affecté la Guinée, le Liberia, le Mali, le Nigeria, le Sénégal, la Sierra Leone and les Etats Unis d'Amérique.

http://whodrc-whoafroccmaster.newsweaver.com/drcflyer/16ge27ueoxe