Le Gouvernement Congolais et la communauté humanitaire dressent le bilan de 2019 et sollicitent plus de fonds pour la réponse humanitaire en 2020

Kinshasa, le 19 décembre 2019 : La République démocratique du Congo continue de traverser une crise humanitaire aigüe et multiforme qui nécessitera, dans les mois à venir, des financements conséquents et une coordination renforcée, a déclaré aujourd’hui, à Kinshasa, le Coordonnateur humanitaire en RDC, David McLachlan-Karr, à la suite de la dernière réunion du Cadre National de Concertation Humanitaire (CNCH).

Le Gouvernement congolais et les acteurs humanitaires ont tenu aujourd’hui la quatrième réunion du CNCH, la plus haute instance décisionnelle sur l’action humanitaire regroupant des ministères, des représentants des agences humanitaires des Nations Unies, des ONG nationales et internationales, et de bailleurs de fonds. Les deux parties ont abordé les urgences en cours et se sont accordées sur les grands axes de l’action humanitaire pour l’année 2020 qui nécessiteront des actions à la hauteur des besoins des personnes affectées.

Avec, à ce jour, plus de cinq millions de personnes déplacées, la RDC est le pays africain le plus affecté par les déplacements internes. Le Nord-Kivu abrite plus d’un million de ces déplacés, faisant d’elle la province la plus touchée ; les provinces de l’Ituri et du Sud-Kivu ont enregistré, respectivement, plus de 900 000 et 850 000 déplacés internes. Tous ces mouvements de population, y compris dans le Tanganyika et dans le Kasaï, sont majoritairement liés à l’insécurité et aux violences engendrées par les affrontements armés récurrents. Malgré tout, au cours des 18 derniers mois, les acteurs humanitaires ont noté que plus de deux millions de personnes ont regagné leurs foyers d’origine. Le pays abrite également plus de 517 000 réfugiés venus des pays voisins.

« Nous sommes confrontés à un puzzle humanitaire complexe qui nous oblige à multiplier nos actions pour répondre aux besoins. Des centaines de civils morts dans la région de Beni aux déplacements internes, en passant par la malnutrition et les épidémies, 2019 a été une année difficile pour trop de Congolais. Cette réunion du Cadre National vient à point nommé car c’est ensemble que nous devons dresser le bilan de notre action commune et jeter les bases de l’année 2020 » a déclaré le Coordonnateur humanitaire, David McLachlan-Karr.

En 2019, près de 16 millions de personnes étaient en situation d’insécurité alimentaire aiguë sévère, un chiffre qui a augmenté par rapport à 2018. En 2019, environ 3,8 millions d'enfants de moins de 5 ans souffraient de malnutrition aiguë, chiffre qui se situe dans la moyenne des quatre millions d’enfants touchés par ce fléau depuis 2016.

Les épidémies ont aussi affecté la vie de millions de Congolais. Plus de 5 000 personnes, dont près de 90% d’enfants, sont décédées de la rougeole en 2019, la pire flambée que le pays ait connue ces 10 dernières années avec plus de 250 000 cas. Des campagnes de vaccination successives ont eu lieu mais n'ont pas permis d'enrayer l'épidémie. Parce que l'eau potable, les structures d’hygiène et d’assainissement sont rares pour des millions de Congolais, le choléra a prospéré durant cette année, avec plus de 25 000 cas recensés.

L’année 2019 a également été marquée ces dernières semaines par des inondations qui ont affecté plus de 923 000 personnes à travers 16 provinces sur les 26 que compte le pays. Ce sombre tableau humanitaire a eu comme toile de fond une insuffisance financière, entravant la réponse aux personnes ciblées.

A 13 jours de la fin de l’année, le plan de réponse humanitaire 2019, établi à 1,6 milliard de dollars US, n’est financé qu’à 44%, ce qui signifie que plus de la moitié des Congolais ciblés pour recevoir de l’aide n’en ont pas reçu.

Malgré cette situation, les équipes humanitaires se sont déployées dans les quatre coins du pays pour apporter de l'aide aux familles, notamment celles qui vivent dans des zones difficiles d'accès. Depuis le début de l'année, plus de 4 millions de personnes ont reçu une aide alimentaire ; plus de 2,5 millions de personnes ont eu accès aux soins de santé, plus de 3 000 enfants séparés et non accompagnés ont été réunifiés, et plus de 20 millions de dollars ont été distribués via l’approche cash.

« Malgré le contexte financier tendu, nous avons pu apporter de l’aide. En 2020, nous souhaitons apporter encore plus à encore plus de personnes. Pour ce faire, les acteurs humanitaires ont besoin de deux choses : un accès sans entrave aux populations et plus de financement. Il est aussi important que les acteurs du développement s’impliquent et que ce front humanitaire-développement mutualise ses efforts pour la protection des personnes », a déclaré McLachlan-Karr.

Les acteurs humanitaires sont inquiets car si 2019 a été éprouvante pour les populations, les chiffres de planification pour l’année 2020 montrent que les agences humanitaires des Nations Unies, les ONG nationales et internationales devront redoubler d’efforts pour répondre aux besoins de la nouvelle année : 1,8 milliard de dollars sera nécessaire pour fournir de l’assistance à 8,1 millions de personnes.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Yvon Edoumou, Chargé de l’Information Publique et plaidoyer, OCHA-RDC, edoumou@un.org, +243 819 889 148

Les communiqués de presse d’OCHA sont disponibles sur www.humanitarianresponse.info ou www.reliefweb.int

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.