DR Congo

La sensibilisation, un des piliers du Programme national Wash en RD Congo

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Kinshasa, le 21 avril 2015 (caritasdev.cd) : Le Programme national Wash « Villages et Ecoles assainis », que mène la Caritas Congo Asbl dans divers diocèses en République Démocratique du Congo (RDC), dont l’archidiocèse de Kananga, compte parmi ses volets majeurs la sensibilisation. Ce projet s’aligne sur le programme du Gouvernement de la RDC (2013-2017) « Villages et Ecoles assainis ». Il est financé, via la Caritas Allemagne, par l’Unicef, qui lui accorde aussi l’appui technique. Monsieur Dieudonné BANZA en est le Wash Program Manager au niveau de la Caritas Congo Asbl, rapporte caritasdev.cd

Pour le moment, cette sensibilisation est au cœur des activités qu’est en train d’assurer dans les diocèses le Program (national) Wash. Parmi les documents que celui-ci vient de mettre à la disposition de caritasdev.cd en provenance de terrain et ce pour donner des informations, plus particulièrement de l’archidiocèse de Kananga, figurent des rapports apprêtés par sa Caritas-Développement. Outre l’archidiocèse de Kananga, le Programme (national) Wash mène également ses activités dans les archidiocèses de Kinshasa, Kisangani, Bukavu et dans ces diocèses : Kikwit, Kenge, Inongo, Mbujimayi, Luiza, Kalemie, Kongolo, Isangi, Wamba, Lisala, Kindu et Kasongo. Le premier de ces documents transmis par la Caritas-Développement Kananga est le rapport des activités de sensibilisation pour la période de décembre à février 2015 et daté du 26 février de la même année. Le rapport de diffusion parmi ces documents est d’abord celui de la Radio communautaire Kanku wa Tshibuabua (Tshikula) daté du 15 janvier 2015. L’autre rapport de diffusion, dans le cadre des activités de sensibilisation du Programme (national) Wash, est celui de la Radio Télévision Espérance produit en date du 13 janvier 2015.

Jusqu’en février 2015 500 enfants, 200 femmes, 185 hommes touchés, 45 villages sensibilisés et 30 émissions radiodiffusées produites

Au niveau de la Caritas-Développement Kananga, les activités de sensibilisation s’agissant du Programme Wash en décembre, janvier et février 2015 ont touché 500 enfants. Celles-ci ont aussi touché 200 femmes et 185 hommes. S’il faut dresser le bilan de cette sensibilisation 6 écoles, 6 églises et 45 villages ont été sensibilisés. En tout 36 centres de santé ont été sensibilisés, le nombre de visites à domicile étant de 180. Les séances de sensibilisation organisées sont au nombre de 30. Les rencontres communautaires tenues sont à 5, alors que 30 émissions radiodiffusées ont été réalisées, en vue de cette conscientisation.

Leçons apprises

Quelles leçons ont-elles été apprises lors de cette sensibilisation ? Il s’agit de celles sur le village assaini et ses normes, notamment l’assainissement et l’hygiène de l’eau (eau potable et contamination par des maladies hydriques). Les autres leçons sont celles de l’usage des latrines et du lavage des mains, de l’amibiase chez les enfants et les adultes. Il est à noter que les équipes de sensibilisateurs ont recouru aux spots et aux poèmes sur le village assaini.

Activités axées sur la communication

Il est aussi à noter que les activités du Programme Wash sont effectives dans les Zones de santé (ZS) de Muetshi, Katende, Benatshiadi et Tshikula. La dernière ZS citée a reçu la première fois les animateurs dans les 25 premiers villages où le Programme est en train de s’exécuter. Les activités de communication Wash sont axées sur la communication, qui est un outil de changement de comportement communautaire selon la philosophie du slogan : « Le village devient et demeure assaini ». Dans le cadre du Programme Wash, les activités de sensibilisation exploitent les canaux de communication comme la radio (stations), les églises (au nombre de 6), les écoles (à 6 aussi), les lieux publics et des Ong où jeunes et femmes sont engagés dans la lutte contre les maladies d’origine hydrique. La communication interpersonnelle a aussi été de mise ainsi que le counseling, sans oublier la prévention.

« La santé entre nos mains ».

Pour prendre le cas d’un rapport de diffusion, celui de la radio communautaire Kanku wa Tshibuabua (Tshikula) du 15 janvier 2015 donne des indications utiles sur le déroulement des émissions dédiées au Programme Wash. Interviennent au début un chant, un spot et un poème sur le village assaini. Est signalée la présence d’animateurs communautaires affectés aux ZS. Sont mis en lumière les activités sur la promotion Wash, la sensibilisation de la communauté sur les acquis d’un village assaini et l’implication de la population pour un environnement sain. Des questions sont posées (par les auditeurs) sur ce qu’on entend par le village assaini, sur ce que l’on doit savoir sur l’importance du lavage des mains, sur le slogan du Programme qui est « La santé entre nos mains ». Insistance est faite sur la prise de décision au niveau local pour améliorer les conditions sanitaires, les moments critiques pour se laver les mains avec du savon (après l’utilisation de latrine, après le changement des couches, avant l’allaitement, avant de manger). Cette émission radiophonique a en fait porté sur les principes du Programme Villages assainis de la ZS de Tshikula et elle s’est terminée par la chanson et le poème Village assaini.

Emission sur le Programme Wash suivie par environ 5.600 personnes

Pour donner une idée du nombre d’auditeurs qui sont touchés par une émission, le rapport de la Radio Télévision Espérance (RTE) signale qu’une émission est suivie par environ 5.600 personnes. Cette émission est l’occasion pour entre autres poser des questions sur l’exécution du projet. Les questions portent aussi sur la pérennisation, le suivi et l’évaluation des activités sur terrain ainsi que sur le partenaire de mise en œuvre, à savoir les Caritas diocésaines concernées. Il faut rappeler que le Programme (national) Wash a comme objectif général de contribuer à la réduction de la mortalité et de la morbidité liées aux maladies d’origine hydrique et à l’insalubrité. Les objectifs spécifiques qu’il vise sont les suivants : le secteur Wash au sein du réseau Caritas est organisé et opérationnel ; le message de changement de comportement en eau, hygiène et assainissement atteint les communautés locales à travers les canaux de communication de l’Eglise.

JOSEPH KIALA