DR Congo

« la RDC a enregistré des avancées significatives avec l’appui du PNUD, il faut les consolider » dixit Priya Gajraj

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Interview du Directeur Pays PNUD RDC, Priya Gajraj

Le Bureau Pays du Programme des Nations unies pour le développement en RDC a lancé le mercredi 02 février 2016 un plan de célébration du cinquantenaire du PNUD en RDC. Une série d’activités est prévue pendant toute l’année pour présenter ses réalisations auprès de la population congolaise à travers différents supports de communication.

Aujourd’hui, cinquante ans plus tard, le PNUD est plus pertinent que jamais : chef de file du système des Nations Unies pour le développement dans près de 170 pays et territoires, il apporte aux pays des connaissances, des expériences et des ressources afin d’aider les populations à bâtir une vie meilleure.

Pour célébrer ce cinquantenaire au service des peuples et des nations, le PNUD a organisé une réunion ministérielle de haut niveau à New York le 24 février 2016, date de son anniversaire. Des représentants de plus de 120 pays, parmi lesquels des présidents, premiers ministres et ministres de plus de 80 États Membres des Nations Unies, se sont rencontrés à New York pour tracer une voie à suivre pour l’avenir du développement mondial.

Depuis la fin de la crise politico sécuritaire qu’a connue la RDC dans les années 90 et 2000, le Bureau Pays du PNUD/RDC a su adapter son appui pour répondre contextuellement aux besoins en matière de stabilisation du pays.

Actuellement, ses interventions sont de plus en plus recentrées sur les thématiques de relèvement, de la relance du processus de développement durable et la promotion des droits humains.

Invitée spéciale de la Conférence de Presse « One UN » le mercredi 02 mars, Madame Priya Gajraj, Directeur Pays du Programme des Nations Unies pour le développement en RDC a répondu aux questions des journalistes.

Theodore Ngandu/ Télé 7 : Vous venez de souligner que le PNUD existe dans notre pays depuis 40 ans, et qu’il appuie le pays sous la voie d’un développement multidimensionnel. Alors qu’est-ce qui fait qu’après l’évaluation des objectifs du millénaire pour le développement (OMD), la RDC n’a pas pu atteindre ces objectifs, alors que le PNUD était aux côtés des autorités gouvernementales pour les accompagner ? Qu’est-ce qui a fait que ces objectifs n’ont pas été totalement atteints ?

Directeur Pays du Programme des Nations Unies pour le développement [Priya Gajraj]

Merci beaucoup Télé 7 d’avoir posé la question. Je pense que dans le cadre des OMD, ce n’est pas seulement une question du PNUD, c’est une question des Nations Unies et aussi du pays lui-même.

C’est vrai que la RDC n’a atteint aucun des OMD, mais il y a eu des progrès significatifs faits dans beaucoup de domaines : en termes d’éducation, de santé, de réduction de la pauvreté, etc. donc je pense qu’il faut aussi regarder les tendances et l’évolution. Et comme je le disais tout à l’heure, sur l’indice du développement humain, la RDC a fait un bond de dix places à cause de cette évolution.

Donc, c’est important premièrement de regarder l’évolution quand on parle des OMD; et le deuxième message est celui des nouveaux objectifs de développement durable (ODD). Nous devons voir comment la RDC va continuer cette évolution dans le cadre des ODD.

Frederick Feruzi/ Radio Sauti ya Enjili (Goma) : Ma question, je l’adresse à la responsable du PNUD ici en RDC. Vous dites que vous soutenez les efforts de renforcement de la démocratie en RDC. Est-ce que vos efforts ont porté des fruits, puisque la situation reste préoccupante en termes de démocratie [inaudible] ?

Priya Gajraj: Merci beaucoup pour la question. Juste comme le son n’était pas bon, je peux juste confirmer que la question était : quelles sont les fruits en termes de démocratie ici en RDC ?

Je pense que dans la présentation que j’ai faite, j’ai parlé de certaines réalisations notamment le Forum national sur la décentralisation, l’appui aux élections de 2006 et de 2011, le programme de gouvernance et là, j’ai donné des exemples concrets en termes du temps moyen de passage de lois et de la couverture des magistrats.

Donc, encore une fois, je reviens au message que j’avais sur les OMD, c’est une évolution, et il y a eu une évolution du processus démocratique dans ce pays, et il faut le noter, il faut le souligner.

Mais il y a encore des efforts à faire, et c’est là justement dans le cadre des objectifs du développement durable et de l’agenda du développement qu’on va continuer à soutenir les efforts en termes de gouvernance, de démocratie, de consolidation de la paix. Effectivement, il y a eu des résultats, maintenant il faut bâtir dessus et il faut continuer.

Flavien Musans/ Planète TV : Madame, le Directeur Pays du PNUD, je reviens sur vous concernant le mandat du PNUD. Vous avez appuyé la justice congolaise et aussi les magistrats, mais également à restaurer l’autorité de l’Etat. Il y avait une opération que vous avez lancée en RD Congo, celle de réhabiliter tous les centres pénitentiaires en RD Congo. Mais il se fait que cette opération est bloquée. Qu’est-ce qui bloque cette opération ?

Priya Gajraj : Nous continuons de soutenir quelques centres en termes de réhabilitation. Mais pour faire plus, c’est une question de moyens et de soutien. Donc c’est aussi l’opportunité de faire un appel. Mon collègue a mentionné la paix, la sécurité. Moi je veux mentionner aussi le développement, qui a besoin de soutien dans ce pays.

Guy Olume/ RTNC 2 : Madame, le Directeur du PNUD, de quel budget le PNUD dispose-t-il chaque année pour la RDC, et quels éléments entrent en jeu pour définir les priorités de plans d’aide ?

Priya Gajraj: Notre budget annuel grosso modo c’est à peu près 100 millions de dollars.

Et en termes de priorités, nous sommes alignés sur les priorités du pays. Donc, le cadre stratégique de réduction de la pauvreté, le plan, le budget du Gouvernement.

Donc, on est guidé par les priorités du pays. Nous-mêmes, notre stratégie de pays, est faite en concertation avec le Gouvernement.

Marc Ngwanza et Clarisse Museme