DR Congo

La MONUSCO réhabilite et équipe un bâtiment du centre de formation professionnelle de filles mère

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Kisangani, lundi 04 décembre 2017 : La cérémonie de la remise officielle d’un bâtiment réhabilité et équipé par la MONUSCO, du centre de formation professionnelle de filles mère dénommé < Saint Joseph artisan > des sœurs de la sainte famille, une congrégation de l’EGLISE CATHOLIQUE de Kisangani, s’est déroulée ce lundi 4 Décembre 2017, en présence de la cheffe de bureau de la Monusco, du Directeur adjoint de cabinet du gouverneur de la province, de l’archevêque métropolitain de Kisangani et président de la CENCO.

Les travaux du financés à hauteur de près de vingt-quatre mille dollars américain est un projet à impact rapide du bureau GENRE de la MONUSCO. Les travaux qui ont commencé en janvier, exécutés par l’entreprise TEMBO CONSTRUCTION, ont consisté à la réhabilitation et l’équipement de quatre salles, dont une grande pouvant accueillir plus de cent personnes. Ce centre de formation professionnelle aidera les femmes et jeunes filles mères désœuvrées de la ville de Kisangani à se prendre en charge.

Pour Mme Aissetou SANOGO, cheffe de bureau MONUSCO Kisangani, cette intervention de la MONUSCO vient en renforcement de la campagne de 16 jours d’activisme contre les violences sexuelles faites aux femmes et aux jeunes filles. Elle pense que les activités organisées dans ce centre notamment la formation des filles mères, femmes analphabètes et filles désœuvrées contribueront à l’élimination des violences basées sur le genre.

L’archevêque métropolitain de Kisangani et président de la CENCO, Monseigneur Marcel UTEMBI TAPA a apprécié ce partenariat avec la MONUSCO et croit à son succès par les sœurs de la sainte famille. Ces dernières très engagées dans la charité notamment la promotion chrétienne des familles dans le domaine de l’éducation et l’encadrement des filles mères et désœuvrées.

Les bénéficiaires se sont réjouies du beau cadre qui va désormais les permettre d’étudier et de travailler dans des conditions requises. Elles promettent d’en faire bon usage pour que les générations futures en soient aussi bénéficiaires.

Quant aux sœurs de la Sainte famille, elles promettent leur disponibilité, engagement, et dévouement à cette œuvre qui valorise les filles mères désœuvrées en les intégrant dans la société. Elles en appellent à la collaboration sincère avec le ministère ayant la femme dans ses attributions en vue d’un éventuel soutien et la défense des activités du centre.

Pour la petite histoire, c’est suite à une demande de la congrégation des sœurs catholiques de la santé familiale à la MONUSCO, que cette dernière a répondu favorablement et le protocole d’accord a été signé en janvier 2017.

Godelieve OMONDO LILEMBE