DR Congo

La crise à l'Est de la RDC engage toute la région, selon le Président Nkurunziza

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Bujumbura, le 08 novembre 2008 (PP) : Au retour du Sommet régional de Nairobi sur la crise à l'Est de la République démocratique du Congo (RDC), le Président de la République du Burundi, Son Excellence Pierre Nkurunziza a déclaré vendredi soir que la reprise des hostilités dans ce pays « est une affaire qui engage désormais toute la région (des Grands Lacs) ».

Le Président Nkurunziza a indiqué que le Sommet de Nairobi appelle un arrêt immédiat des hostilités en RDC, tandis que les Nations Unies et l'Union Africaine s'engagent à appuyer les efforts de la région (comme cela a été le cas pour le Burundi) dans la résolution de cette crise qui risque de rallumer le feu dans les pays voisins du Kivu.

Parmi les Chefs d'Etat présents figuraient le Congolais Joseph Kabila, le Rwandais Paul Kagame et le Burundais Nkurunziza, directement concernés par la crise dans le Kivu étant donné qu'ils forment le bloc de la région des Grands Lacs africains.

A cette occasion, Ban Ki Moon, Secrétaire Général de l'ONU, co-sponsor du Sommet de Nairobi avec l'Union Africaine, a demandé aux dirigeants africains d'user de leur influence pour amener le Général dissident Laurent Nkunda à arrêter les combats.

Il a également été demandé à la Mission de maintien de la paix de l'ONU en RDC, la MONUC, de renforcer ses effectifs dans la région du Kivu affligée par les combats pour assurer la protection des civils, la ville de Goma menacée de tomber sous contrôle de la rébellion, et surtout la frontière avec le Rwanda voisin.

Kigali est en effet accusé par Kinshasa et par la MONUC d'implication directe dans les combats à l'Est de la RDC au profit du Général dissident, mais le Rwanda soutient qu' « il s'agit d'une affaire purement congolaise ».

Un accord de paix a été signé entre Kinshasa et Nkunda il y a un an, mais il reste inapplicable en raison de la reprise des hostilités. Le Général tutsi dit défendre la communauté tutsie Banyamulenge qui selon lui serait menacée par la rébellion hutue des FDLR opérant elle aussi à l'Est de la RDC.