DR Congo

La communication, une nécessité pour une réponse humanitaire efficace

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Dialogue avec la Communauté © UNICEF

Dans leurs coins de refuge, des populations privées de tout et sans assistance

Les territoires de Kabeya Kamwanga et Miabi dans la province du Kasaï-Oriental, ont été victimes des affrontements entre les forces de l’ordre et les miliciens du présumé Kamwena Nsampu, occasionnant des morts par balles, des viols des filles et des femmes, des arrestations arbitraires, des pillages de biens essentiels, des incendies de maisons et parfois de villages entiers, causant ainsi une grande panique et des déplacements massifs de population. Cette situation tragique a été à la base de la destruction de la production agricole, des infrastructures, des services sociaux de base et du tissu économique déjà précaire.

Dans leurs refuges, les populations privées de tout, n’avaient aucune assistance depuis plusieurs mois et les ménages commençaient à enregistrer des décès dus aux maladies, à la famine et aux morsures de serpents. Devant l’ampleur de la situation sécuritaire, les prestataires de soins ne résidant plus dans les lieux d’affectation, n’acceptaient plus d’y retourner et par conséquent, l’implémentation des activités des services sociaux de base et les interventions des partenaires étaient rendues impossibles.

Retour dans leurs lieux d’affectation

La seule option possible pour améliorer la situation était de convaincre les médecins et les infirmiers de retourner dans leurs lieux d’affectation habituelle. Ainsi, il leur a été dit que « Dans les conditions actuelles, les forces de l’ordre, les miliciens comme la population meurtrie, tous ont besoin de vous »

L’implication et l’engagement du gouverneur de la Province s’avère pertinente et salvatrice dans cette situation

Un plaidoyer a été mené par l’UNICEF auprès du gouverneur de la province pour la sécurisation de l’aide des humanitaires, des prestataires de services sociaux de base et de l’équipe médicale qui ont accepté de regagner la zone de santé.

Suite à ce plaidoyer, non seulement le Gouverneur a organisé plusieurs rencontres de sensibilisation sur la paix avec les leaders traditionnels, communautaires et religieux avec un impact positif sur l’ampleur de la crise de sa province.

De la communication extérieure à la communication pour le développement

Le principal résultat de la communication extérieure est le démarrage effectif de la réponse humanitaire multisectorielle sans aucun incident sécuritaire dans les deux Territoires. La mise en œuvre des interventions humanitaires a favorisé le retour progressif de la population dans leurs villages d’origine.

Pour consolider les actions humanitaires et promouvoir le relèvement précoce, il s’est avéré pertinent de passer de la communication extérieure (plaidoyer) à la communication pour le développement. C’est ainsi qu’il a été mis en place des Cellules d’Animation Communautaire (CAC) constituées par les Relais Communautaires ‘‘RCO’’ d’un village, chacun élu démocratiquement par les membres des 25 ménages voisins, et des personnes influentes du village, sous la supervision du Chef de village. La CAC, un cadre idéal de dialogue communautaire pour le développement, favorise dans les entités victimes de la crise, la résolution pacifique des conflits, l’identification des enfants vulnérables, la gestion communautaire des infrastructures (sources d’eau), la salubrité publique, la surveillance communautaire (Santé, Nutrition, Sécurité) et la réhabilitation des infrastructures, la reconstruction des maisons incendiées à tour de rôle par la population dans le village de Mupompa, l’Identification des Enfants non Accompagnés ‘‘ENA’’ et la réunification des familles…

« Ce jour-là, laissant le corps de mon époux tombé par balle devant la porte de la maison, j’ai fuis sans mes deux filles. Trois mois après, je suis retournée à Nkeena Kuna sans nouvelle aucune de mes enfants. Quelle consolation de les retrouver vivantes quatre mois après, ramenées par les partenaires de l’UNICEF devant la porte. J’ai compris ce jour-là que l’UNICEF s’occupe réellement des enfants et c’est pourquoi je lui dis infiniment merci. » Madame Tshitolo de Nkeena Kuna a Kabeya Kamwanga.

La communication, un levier pour une réponse humanitaire efficace

Cette expérience confirme le rôle prépondérant de la communication dans la mise en œuvre des réponses d’urgence dans les zones de crise humanitaire car elle joue le rôle de précurseur, de levier et de catalyseur pour une réponse humanitaire efficiente et efficace en facilitant l’appropriation, le relèvement précoce et la durabilité des actions. Cet approche a été adoptée et pratiquée par le Comité Provincial Inter-Agence ‘‘CPIA’’ de Mbuji-Mayi pour la réponse humanitaire dans les trois provinces issues du Kasaï-Oriental.

Par : Willy, Sylvie et Consolata