Kinshasa : plusieurs dégâts matériels enregistrés après la pluie

Report
from Radio Okapi
Published on 18 Feb 2013 View Original

Des dégâts matériels ont été enregistrés après une forte pluie qui s’est abattue lundi 18 février dans la ville de Kinshasa. Plusieurs grandes artères ont été inondées, rendant le transport en commun difficile. Des toitures de certaines maisons ont été emportées. Quelques magasins, boutiques et marchés n’ont pas bien fonctionné et d’autres n’ont pas du tout ouvert.

Au croisement des avenues Enseignement-Assosa et boulevard Triomphal entre les communes de Kasa -vubu et Lingwala [non loin du stade des Martyrs et du Palais du peuple], les artères étaient submergées par des eaux de pluies.

« On croirait un lac !», s’est exclamé un passant.

La même situation a été constatée sur l’avenue des Huileries au niveau du marché de camp Lufungula, mais aussi dans les rues des Forces Publiques et Kasa- Vubu à Bandalungwa.

Certaines sources ont expliqué que ces eaux de pluie ont stagné le long des artères à cause des bouteilles en plastique qui ont bouché les caniveaux.

Les chauffeurs de taxi et taxi-bus n’ont pas pu sortir suite aux inondations de grandes artères. Ce qui a perturbé le transport en commun dans la matinée.

Les Kinois sont restés longtemps dans les arrêts de bus pour trouver un moyen de transport.

Dans la commune de Kalamu, la rivière qui porte le même non a débordé jusque vers le quartier Sous-station de la Funa, indiquent les habitants de cette municipalité.

Les câbles de la Société nationale d’électricité (Snel) étaient inondés par les eaux de pluie dans cette partie de la capitale. Ce qui a poussé les responsables de cette société à couper l’énergie électrique.

La Snel a annoncé l’érection un mur de protection contre le débordement de la rivière Kalamu. Mais elle a indiqué que le quartier restera dans le noir jusqu’à la fin des travaux.

A Menkao, dans la commune de Maluku, une dizaine de maisons ont perdu leurs toitures suite au vent violent.

Quelques marchés n’ont pas convenablement fonctionné, comme le témoigne un pompiste d’une station à Selembao.

« Pour l’agriculture ça marche parce qu’il a fait très chaud ces derniers jours. Mais pour nous les commerçants, quand il pleut, il n’y a pas beaucoup de clients surtout dans ce domaine de carburant », a-t-il ajouté.

Radio Okapi:
Copyright Radio Okapi