DR Congo

Jean-Pierre Lacroix : « Nous avons examiné comment désamorcer les tensions et atteindre nos objectifs avec les autorités congolaises »

CARINE TOPE R'RIDASI

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, a séjourné à Kinshasa les 28 et 29 juillet 2022 pour s’entretenir avec les partenaires de la Mission de l’ONU en RDC, dont les autorités congolaises, après les violentes manifestations anti-MONUSCO qui ont fait des victimes parmi les casques bleus et la population congolaise dans le Nord-Kivu.

Le chef du Département de maintien de la paix de l’ONU était accompagné du commissaire de la police des Nations-Unies, Louis Carrilho, et du conseiller militaire, le général Birame Diop.

M. Lacroix a notamment échangé avec les présidents des deux chambres du Parlement congolais : Bahati Lukwebo du Sénat ainsi que Mboso Kodia de l’Assemblée nationale.

Dans ce contexte de crise, Jean-Pierre Lacroix et ces hauts responsables congolais ont échangé sur les voies et moyens, d’une part, de désamorcer les tensions, et d’autre part, de renforcer le partenariat entre la MONUSCO et le gouvernement congolais et reconstruire la confiance entre acteurs pour éviter que pareils incidents ne se reproduisent à l’avenir.

« La voie de la paix et du soutien mutuel doit être privilégiée pour atteindre notre objectif commun qui est la restauration de l’autorité de l’Etat », a martelé le chef du Département de maintien de la paix de l’ONU au sortir de l’audience avec les autorités congolaises.

Mutualiser les efforts

Afin d’éviter pareils incidents à l’avenir, M. Lacroix a évoqué la mutualisation des efforts afin d’atteindre l’objectif commun qui est de neutraliser l’ennemi.

M. Lacroix a aussi évoqué avec les autorités congolaises l’importance de soutenir les efforts régionaux en cours, à la fois dans le cadre de la communauté de l’Afrique de l’Est, le processus de Nairobi, aussi les efforts menés sous l’égide de l’Angola.

Et d’ajouter que, de manière plus fondamentale, la restauration de la confiance au niveau régional passe par l’approfondissement du dialogue entre les autorités de différents pays.

« Tous ces efforts se traduisent par la réalisation concrète des mesures qui ont été prises et décidées notamment en ce qui concerne le désarment des groupes armés pour lequel il y a aussi le programme de PDRRS-C du Congo. Le déploiement de la force régionale, la mise en place et le renforcement des mécanismes de mesures de sécurité et de vérification, comme cela a été initié lors de la réunion des chefs d’Etat à Luanda », a-t-il martelé au cours d’une interview devant la presse.

Tirer des leçons du passé

Le chef du Département de maintien de paix de l’ONU a aussi échangé avec les responsables des agences, fonds et programmes de l’Onu.

Au cours de cette rencontre « One UN », il les a appelés à l’unité et à travailler dans la solidarité. « Il est important de tirer les leçons de ce qui s’est passé et s’assurer que nous continuerons à travailler dans le système des Nations Unies dans la totale unité », a-t-il dit.

Jean-Pierre Lacroix a rappelé que l’objectif assigné à la Mission de l’ONU en RDC est clair : la restauration de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national, ce qui permettra à la MONUSCO de se retirer de la RDC.

M. Lacroix a aussi eu un tête-à-tête avec le corps diplomatique accrédité en RDC. « Cette mission nous concerne tous. Certains de vos pays sont contributeurs au budget de l’ONU. Je vous exhorte à mutualiser les efforts pour combattre les discours de haine. Nous comptons sur nos partenaires, à la fois les partenaires régionaux, mais aussi sur toutes les organisations qui peuvent soutenir les efforts d’apaisement pour passer les messages nécessaires », a-t-il plaidé.

Enfin, il a présenté ses compassions aux familles des casques bleus tombés au champ d’honneur ainsi qu’aux familles congolaises qui ont subi la perte de l’un des leurs.