Insécurité dans les Nord et le Sud-Kivu : La RDC et la Monusco conviennent de stratégies de traque contre les FDLR et les groupes armés

Report
from Le Potentiel
Published on 31 Jan 2012 View Original

Par Angelo Mobateli

Le gouvernement de la République démocratique du Congo et la Mission d’observation des Nations unies en RDC (Monusco) viennent de convenir de nouvelles stratégies pour mettre fin à l’insécurité récurrente dans l’Est du pays.

Il ressort de l’entretien que le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Charles Mwando Nsimba, a eu lundi 30 janvier 2012 à Kinshasa avec le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu en RDC, Roger Meece (touché par les menaces des FDLR sur la population de Shabunda où il vient de séjourner), que les deux parties ont une vue commune du combat à mener. Elles vont élaborer des «stratégies pour les opérations militaires conjointes FARDC-Monusco sur le terrain pour mettre fin à l’insécurité qui n’a que trop duré dans le Nord et le Sud-Kivu à la suite de la présence des rebelles rwandais et des groupes armés ».

« Toutefois, la Monusco reste favorable au programme de rapatriement volontaire des FDLR pour le Rwanda au-delà des opérations conjointes de traque contre ces rebelles rwandais. D’ailleurs, quelques rebelles rwandais se sont présentés à la base de la Monusco au Nord-Kivu pour solliciter leur retour dans leur pays», a précisé le ministère de la Défense.

C’est la récente visite dans l’Est de la RDC du secrétaire général adjoint de l’Onu en charge des opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, qui a offert l’opportunité à M. Roger Meece de poursuivre avec le ministre Mwando Nsimba la discussion déjà entamée sur les voies et moyens de neutraliser définitivement tous ces groupes armés (étrangers et locaux) qui tuent les populations civiles et y créent la désolation.

ACCELERER LA REFORME DES FARDC

Lors de son entretien la semaine dernière avec le ministre de la Défense entouré des experts militaires de son cabinet et ceux de l’Etat-major général des FARDC à Kinshasa, le secrétaire général adjoint en charge des opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a plaidé pour le renforcement du potentiel de l’armée congolaise.

En rapport avec l’évaluation objective des avancées réalisées avec l’appui et l’accompagnement de la communauté internationale tant sur le plan sécuritaire que sur celui de la promotion des Droits humains pour tous les Congolais et les étrangers vivant en RDC, il a déclaré que toutes les stratégies nationales et régionales pour l’éradication des forces négatives sont garanties.

Dans la foulée, le directeur « Pays/PNUD » en RDC, Adama Coulibaly, a exposé le vendredi 27 janvier 2012 au ministre de la Défense nationale et des Anciens combattants le niveau atteint dans l’exécution du programme commun ministère de la Défense/PNUD pour l’érection des infrastructures militaires avec comme maître d’ouvrage l’O.I.M. avec le financement des Pays-Bas à hauteur de 11 millions USD. Ces fonds ont permis la construction à ce jour de 1330 appartements et la réalisation de 20 projets communautaires évalués à 600.000 USD comprenant deux (2) marchés, deux (2) foyers sociaux, trois (3) écoles, une voie d’accès ainsi qu’une radio communautaire installée à Nyangezi.

Ayant signalé que ce sont les hommes des troupes opérant dans l’Est du pays et leurs dépendants civils qui vont bénéficier de ces ouvrages et services, il a indiqué que ces infrastructures sont prêtes à être inaugurées officiellement.