DR Congo

Idjwi/Sud-Kivu: meurtres, incendies, déplacements des habitants suite au refus d’un moto-taximan Havu de transporter un Pygmée

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Idjwi, le 13 octobre 2021 (caritasdev.cd) : les communautés Havu et Pygmée, habitant le camp situé dans le village Buruhuka en Groupement de Bunyakiri, Chefferie Rubenga en Territoire d’Idjwi, dans le Sud-Kivu, sont actuellement à couteaux tirés. En effet, des coups et blessures, meurtres, incendies des maisons, particulièrement celles des Pygmées, ont été causés par une algarade entre deux membres de ces communautés. Selon un rapport d’évaluation initiale de la Caritas Bukavu, tout est parti du refus d’un moto-taximan de la communauté Havu, opérant à Bugarula, de transporter un Pygmée. Lundi 13 septembre 2021, ce dernier voulait payer sa course pour se rendre à Buruhuka. Mais, le moto-taximan n’a pas voulu lui accorder son service, au motif que sa moto ne peut pas transporter un Pygmée. Pris de colère, le passager indésirable s’est résolu de se diriger à pied jusqu’à Buruhuka.

Le Pygmée a fini par atteindre son village, tout en fulminant. Le soir venu, alors qu’il se trouvait en compagnie d’autres membres de sa communauté, qui eux étaient en état d’ivresse, il verra le même moto-taximan en train de prendre la boisson avec des gens de sa tribu. Une rixe est vite partie. La propriétaire de la buvette est intervenue pour calmer les deux camps et tenter de les réconcilier. Mal lui en a pris, car elle a été tuée sur place par les Pygmées avec des armes blanches, indique la source.

Jusqu’à 20h00, la tension était restée montée. En représailles, le camp des Pygmées situé à Buruhuka a été incendié. Six membres de cette communauté ont été portés disparus, leurs corps n’ayant pas encore été retrouvés, jusqu’au 05 octobre 2021, lors de la mission d’évaluation rapide de Caritas Bukavu.

Plaidoyer de Caritas Bukavu en faveur des déplacés

Face à cette violence, 179 membres du camp des Pygmées se sont déplacés vers celui de Bugarula (97), n’ayant rien sauvé de leurs habitations. D’autres sont allés dans les camps de Cishenyi (4), Kacuba (8), Bozo (8) et Muculo (62) dans le groupement de Kihumba en chefferie de Rubenga territoire d’Idjwi.

Caritas Bukavu plaide alors pour une réponse humanitaire rapide en leur faveur.

Les 179 ménages enregistrés traduisent une vulnérabilité en termes principalement d'articles Ménagers Essentiels (conservation d’eau, d’ustensiles de cuisine, etc.), abris (supports de couchage), vêtements, sans oublier les vivres. « Jusqu’aujourd’hui, les Autorités compétentes n’ont pas encore pris l’initiative de rencontrer les deux communautés afin de chercher une piste de solution pour rendre encore facile la cohabitation pacifique. Il est dès lors difficile à ce stade de penser au mouvement de retours de cette communauté pygmée dans son village », note le rapport de Caritas.

Guy-Marin Kamandji