DR Congo

Idiofa/Kwilu : Autorités locales et Relais Communautaires outillés pour la riposte contre la Covid19 avec Caritas

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Idiofa, le 24 septembre 2020 (caritasdev.cd) : les Autorités Politico-Administratives et Religieuses (APAR) de la Zone de la Santé de Mokala, dans le Territoire d’Idiofa, reçoivent ce jeudi une formation sur leur implication positive dans la lutte contre la Covid19 dans cette partie de la Province du Kwilu. Vendredi 25 septembre 2020, ce sera le tour des Relais Communautaires (au nombre de 302) de bénéficier d’une formation spécifique aux rôles qu’ils sont appelés à jouer. Cette activité s’inscrit dans le cadre du Projet d’Aide d'Urgence Multisectorielle pour Déplacés Internes, Retournés forcés de l'Angola et population hôte, Province Kasaï Central RD Congo - Complément Riposte Urgence contre la pandémie COVID 19 - Province Kwilu.

« La formation évolue très bien. Hier, nous avons fini les Relais Communautaires (RECO) de la Zone de santé de Kimputu. Ils ont été formés et reçu leurs outils de travail (mégaphones et T-Shirts de visibilité du projet). Aujourd’hui, nous sommes dans une autre zone de santé, la ZS de Mokala. Nous commencerons avec les Autorités Politico-Administratives et Religieuses, avant d’entamer avec la formation des RECO demain », a indiqué Dr Guelord Lusanga, Chargé de Suivi et Evaluation de Caritas Congo Asbl pour ledit projet, interviewé au téléphone ce jeudi par caritasdev.cd.

Cette vague de formation, commencée par les APAR et RECO de la Zone de Santé d’Idiofa, s’est poursuivi par celle de Koshibanda, avant Kimputu. Elle a atteint la ZS de Mokala ert pourrait s’achever dès le week-end prochain par celle d’Ipamu.

Le principal module dispensé aux RECO est celui portant sur la « Communication des Risques et Engagement Communautaire » /CREC. « Nous y expliquons les rôles des Relais Communautaires. Ensuite, la maladie de Coronavirus constituant un risque également pour le RECO, l’un des acteurs principaux dans la réussite de la riposte engagée contre cette pandémie, il est important qu’il la connaisse mieux. Car, dit-on, le combat devient facile quand on connait son adversaire. On apprend aux RECO la technique de la communication et la manière par laquelle la communauté devrait s’approprier cette riposte pour que nous réussissions ensemble », a souligné Dr Lusanga. Pour lui, « les RECO qui jouent le pont entre la communauté et les agents de la santé, doivent être formés et bien briefés afin que toutes ses couches soient touchées par cette information que nous passons chaque jour ».

Les Autorités formées déterminées à s’engager dans la riposte contre la Covid19

Le suivi des cas-contact lors de la détection d’un cas de Covid19 nécessite également la maitrise des gestes-barrière par les RECO. L’équipe de formateurs, composée de Spécialistes de la Division Provinciale de la Santé de Kwilu, pilotée par Dr Anicet Kipasa, s’attèle à cette tâche de renforcement des capacités des RECO, tout comme du briefing des Autorités locales (APAR).

Cette formation a été précédée par celle des prestataires, techniciens de laboratoire et hygiénistes de toutes ces 5 Zones de Santé du Territoire d’Idiofa, réunis à Idiofa.

Par ailleurs, les outils de travail ou les équipements offerts par le projet aux Zones de santé précédent aussi cette formation afin de renforcer l’application des gestes-barrières et la prévention de COVID.

Ainsi, chaque Zone de Santé a reçu 10 Thermo-flashes performants ; 1.000 masques (réutilisables) ; 50 Kits lave-mains ; plusieurs cartons de savon liquide et de Solution Hydro-alcoolique ; 10 Kits de Protection et Contrôle de l’Infection (PCI) ; 1 moto YAMAHA DT 125 avec casque, 1 Ordinateurs portables et 1 Modems 4G pour les Points Focaux. Sans oublier 2 citernes de 500 litres ; 100 mégaphones avec leurs piles, des banderoles, flyers, etc.

Interrogé après la formation, le Chef du Village Koshibanda (à environ 90 kms du centre d’Idiofa), dans le Secteur de Madimbi, Mr Eko Katshinga, s’est réjoui d’avoir suivi cette formation. Il a grandement remercié la Caritas et tous ses partenaires pour ce projet que « ils ont mis en place pour nous épargner contre le Coronavirus, avant qu’il n'atteigne notre juridiction. Voilà pourquoi, nous allons veiller à ce que les gestes-barrière nous expliqués ici soient respectés par nos populations ».

Pour sa part, le Coordonnateur des Ecoles Conventionnées catholiques de Koshibanda et Vicaire à la paroisse Saint Joseph, Abbé Henri Ntanda, a félicité l’initiative de ce projet. « J’ai été très content des enseignements reçus. Je sais dire aujourd’hui ce quoi le Coronavirus et je connais ses modes de transmission. Alors, ces points m’ont plus captivé et j'en ai profité au maximum ». Selon cette autorité, « c’est le travail qui devrait être fait aussi dans les écoles. Les enfants ne sont pas encore assez sensibilisés par rapport à ces gestes-barrière pour éviter d’en être contaminés. Moi, ça m’interpelle beaucoup. J’en parlerai aux Chefs d’Etablissements scolaires à la réunion de rentrée et on prendra des mesures pour que, si cours il y a, que ce soit dans le respect des mesures-barrière pour épargner la vie des enfants et des leurs encadreurs ». Le prêtre reconnait toutefois que la sensibilisation contre la Covid19 avait déjà commencé à leur niveau à l’intention des élèves finalistes ayant passé récemment leurs examens de fin de cycle scolaire ; avec exigence des lave-mains, du port des masques et respect de la distanciation.

Pour mémoire, de manière spécifique, ce projet vise à renforcer la communication et l'engagement communautaire pour réduire le risque de transmission de la COVID-19 dans 5 Zones de Santé du Territoire d’Idiofa, en Province de Kwilu : Idiofa, Ipamu, Kimputu, Koshibanda et Mokala. D’une durée de six mois, il est financé par le Ministère allemand des Affaires Etrangères (AA), via la Caritas Allemagne, avec une enveloppe de 583.000 dollars américains. Il est exécuté par la Caritas-Développement Idiofa, sous l’accompagnement technique et financier de la Caritas Congo Asbl, qui en a mené le plaidoyer auprès de son partenaire allemand.

Guy-Marin Kamandji