DR Congo

Haut-Uélé : le CICR rétablit les liens familiaux

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Avec le concours des sociétés nationales de la Croix-Rouge, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'attelle à redonner de l’espoir à plusieurs familles dispersées à la suite des conflits armés, des situations de troubles ou de violences internes. D’où la mission de rétablissement des liens familiaux qu'il s'est assignée depuis plus d'un siècle.

Le vendredi 20 janvier 2012, la cité de Dungu dans le territoire du Haut-Uélé, en Province Orientale et celle de Yambio au Sud-Soudan, ont vécu une ambiance particulière. Il s'est, en fait, agi des retrouvailles familiales facilitées par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Fuyant les combats, enlevés, voire détenus, des enfants viennent de retrouver leurs familles après trois, quatre ans de séparation. Et pour la journée de vendredi, Le bureau du CICR à Dungu que pilote M. Romain de Vries a procédé, le vendredi 20janvier, au rétablissement des liens familiaux de 9 enfants dont un bébé. Cinq sont partis de la République démocratique du Congo pour le Sud-Soudan et quatre ont fait le mouvement inverse. Au moment des retrouvailles, la joie était accompagnée des pleurs de part et d'autre. C'était une émouvante cérémonie. En réponse à nos questions, les enfants nous ont laissé entendre qu'avant d'être retrouvés par la Croix-Rouge, ils étaient soumis à des traitements inhumains en servant de domestiques, voire d’esclaves sexuels des assaillants. «Dieu a fait grâce que nous soyons repérés par les humanitaires», ont-ils fait savoir.

Méthodologie pour le rétablissement des liens familiaux

Le CICR entreprend des démarches auprès des autorités et des parties concernées de manière à ce qu'elles prennent des dispositions pour éviter les disparitions de personnes vulnérables et la perte de contact entre proches. Il s'assure d’accéder aux personnes vulnérables isolées par des conflits armés et des situations de violence interne, notamment les enfants séparés de leurs familles. Il établit un réseau de communication Croix-Rouge pour permettre aux personnes séparées de leurs familles de reprendre contact et de correspondre au moyen de messages Croix-Rouge. Il recueille des informations sur les disparus auprès de leurs familles, des autorités ou de toute autre source fiable, sur la base desquelles il tente, par tous les moyens, de retrouver la trace de ces personnes dans des hôpitaux, camp des déplacés ou de réfugiés, lieux de détention, morgue, villages reculés, etc. Ensuite, il effectue des démarches confidentielles auprès des autorités et des instances dirigeantes afin de faire la lumière sur le sort des disparus. Enfin, il organise, coordonne et facilite le regroupement des familles de part et d'autre des lignes de front et des frontières nationales. Telle est la méthodologie mise en place pour le rétablissement des liens familiaux. Pour le cas précis du rétablissement des liens familiaux, le 20 janvier 2012, le bureau du CICR/Dungu a suivi la même procédure. Les responsables du Département/Protection se sont plus servis des messages de la Croix-Rouge. Des enfants non accompagnés, rescapés, étrangers découverts par les volontaires de la Société nationale sont signalés au CICR qui entreprend, à son tour, des démarches reprises ci-dessus.

A la découverte du bureau du CICR/Dungu

Ouvert en 2009, le bureau du CICR/Dungu dépendant de la Sous-délégation de Kisangani est seulement entré en activité en 2010 suite aux incidents de la LRA. L'une de ses activités principales est le forage de l'eau potable pour les populations touchées par les guerres. C'est ainsi qu'en 2011, il a foré 81 puits. Il réalise un programme psycho-social pour les victimes directes et indirectes de la LRA et distribue des semences.

En 2011, il a procédé à la réunification de 71 personnes dont la moitié était des rescapés, moins d’enfants non accompagnés et quelques vulnérables. Sur les 71 réunifications, 37 étaient transfrontalières et les 34 autres ont concerné la République démocratique du Congo.

Pour 2012, l'accent sera mis sur "Cash for work" (l'argent contre travail), en faisant défricher un certain nombre d'hectares du côté de Bangadi.

L'autre activité de ce bureau consiste en la protection, la visite des détenus liés à la sécurité militaire, le dialogue avec les gens concernés par les conflits, la recherche des personnes séparées par les guerres afin de les remettre avec leurs familles.

La réunification familiale une fois terminée, le CICR assure la réintégration dans la vie pour les personnes âgées ou l'éducation pour celles qui doivent poursuivre les études.

Reportage de Véron-Clément Kongo depuis Dungu