DR Congo

Fonds Humanitaire en RDC 2021 – Stratégie d'Allocation Standard 2

Attachments

Date limite pour soumission des propositions de projet : 10 Janvier 2022 à 23h00 (heure de Kinshasa)

APERÇU DE LA SITUATION HUMANITAIRE

Selon l'analyse IPC dernièrement publiée pour la RDC (20ème cycle), quelque 27 millions de personnes - le chiffre le plus élevé au monde - sont confrontés à des conditions de crise ou d'urgence en matière d’insécurité alimentaire, aggravées par de mauvaises récoltes et pluies, des déplacements provoqués par la violence, des maladies, le manque d’infrastructures, un faible accès à des intrants et à des sources de capitaux, etc. Sur un total de 179 zones analysées à travers le pays, 120 sont classées en situation de crise et 5 en situation d'urgence. Les prévisions montrent que ces chiffres devraient rester inchangés au cours du premier semestre de l'année prochaine, tandis que les perspectives nutritionnelles, rendant compte de la présence de 42 zones de santé en situation nutritionnelle grave et 8 en situation critique parmi les 70 zones enquêtées par l'IPC, pourraient même s'aggraver durant les mois à venir parmi les groupes particulièrement vulnérables, notamment les jeunes enfants et les mères, si des mesures d'atténuation adéquates ne sont pas prises. À ce titre, les chiffres restent alarmants, signalant une érosion progressive des moyens de subsistance dans un certain nombre de zones du pays.

A l'Est, l'activisme des groupes armés, les violences intercommunautaires et les conflits persistent, entraînant une augmentation des violations documentées des droits humains au cours du troisième trimestre 2021 (au moins 1 759 violations entre juillet et septembre - concentrées à 92% dans les provinces affectées par les conflits - contre 1 587 violations au second trimestre) ainsi que des niveaux de déplacement toujours croissants. Le chiffre de 5,6 millions de personnes actuellement déplacées à l'intérieur du pays (dont 78% de femmes et d'enfants) a ainsi été enregistré en novembre, soit le niveau le plus élevé observé en Afrique. Parmi eux, 2,7 millions sont nouvellement déplacés depuis janvier. Au cours des trois derniers mois, 596 000 personnes ont fui leur lieu d'origine, principalement dans les provinces du Nord Kivu (44%), du Sud-Kivu (29%), de l'Ituri (19%) et du Tanganyika (7%). La grande majorité de ces déplacements (93%) ont été causés par des attaques armées ou des affrontements, qui ont forcé les ménages à abandonner leurs moyens de subsistance, tout en exerçant une pression croissante sur les familles d'accueil – chez qui 95% des PDI résident - et les marchés locaux pour répondre à leurs besoins fondamentaux.

Enfin, faisant suite aux restrictions liées à la COVID-19, les activités des ménages n'ont pas toujours repris, notamment dans les zones dépendantes du commerce transfrontalier. Les moyens de subsistance et le pouvoir d'achat restent limités surtout en milieu rural dans un contexte continu de prix élevés, limitant la capacité des ménages à accéder à la nourriture et aux services.

Disclaimer

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.