DR Congo

Fonds Humanitaire en RDC 2021 – Stratégie d’Allocation Reserve Logistique

Attachments

Date limite pour soumission des propositions de projet : 5 Janvier 2022 à 23h45 (heure de Kinshasa)

SECTION 1 : CONTEXTE HUMANITAIRE

En 2020, la situation humanitaire s’est détériorée avec des conflits persistants à l’Est et une aggravation des violences dans plusieurs parties du pays. L’épidémie de COVID-19 a affecté l’économie et les ménages congolais alors même que la majorité d’entre eux vivaient déjà dans une situation d’extrême pauvreté et avaient un accès limité aux services de base. Les problématiques structurelles constituent, en effet, un facteur majeur de la crise. Le Plan de Réponse Humanitaire (PRH) 2021 pour la RDC cible 9,6 millions de personnes pour recevoir une aide humanitaire urgente, soit 49 pour cent des personnes estimées dans le besoin – comparé à 8,1 millions en 2020. L'accès humanitaire à l’ensemble des populations dans le besoin demeure une problématique majeure en RDC. Les opérations des acteurs humanitaires sont limitées ou entravées en raison de l'insécurité, du manque d’infrastructures et de l'enclavement de certaines zones du pays.

L’accès physique demeure difficile dans de nombreuses régions du fait de l’état extrêmement faible des infrastructures de transport et de l’isolement de certaines zones par rapport au reste du pays, créant des défis logistiques majeurs pour atteindre les personnes dans le besoin. Les temps de trajet sont extrêmement longs et les transporteurs ne desservent pas toutes les zones affectées. Le recours très coûteux au transport aérien humanitaire reste souvent le seul moyen pour assurer le transport de personnel humanitaire, de matériel et d’assistance vers les populations isolées.

Selon le Plan de Réponse Humanitaire (PRH) 2021 pour la RDC, il est estimé que 51 pour cent des 206 zones de santé ayant des vulnérabilités accrues (niveau de sévérité intersectorielle 3, 4 ou 5) et qui sont difficilement accessibles. Cette proportion atteint 74 pour cent dans les provinces du Sud-Kivu et du Maniema, 53 pour cent dans les provinces du Nord-Kivu, de l’Ituri, de la Tshopo, du Haut et du Bas-Uélé, 37 pour cent dans la région du Kasaï et 17 pour cent dans les provinces du Tanganyika, du Haut-Katanga, du Haut-Lomami et du Lualaba. La réhabilitation des infrastructures reste, au demeurant, un besoin pressant pour faciliter l’accès humanitaire surtout dans les zones d’Ituri, Nord-Kivu, Sud-Kivu et Tanganyika.

Disclaimer

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.