DR Congo

Fin de la flambée d’Ebola en RDC: l’OMS demande des efforts internationaux pour mettre fin à d’autres épidémies mortelles dans le pays

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

24 juillet 2018
Communiqué de presse
Kinshasa/Genève

Aujourd’hui marque la fin de la neuvième flambée d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC). L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) félicite le pays et tous ceux qui ont été impliqués pour juguler cette flambée, tout en les exhortant à étendre ce succès à la lutte contre d’autres maladies en RDC.

Le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, et la Directrice régionale pour l’Afrique, la Dre Matshidiso Moeti, ont rejoint à Kinshasa le Ministre de la santé, le Dr Oly Ilunga, pour cette annonce.

«La flambée a été endiguée grâce au travail infatigable des équipes locales, à l’appui des partenaires, à la générosité des donateurs et à la direction efficace du Ministère de la santé. C’est ce type de leadership, associé à une étroite collaboration des partenaires, qui sauve des vies», a déclaré le Dr Tedros.

Contrairement à d’autres flambées d’Ebola dans le pays, celle-ci a touché quatre endroits distincts, dont un centre urbain ayant des liaisons fluviales avec la capitale et les pays voisins, ainsi que des villages isolés dans la forêt tropicale. La possibilité de propagation de la maladie à d’autres régions de la RDC et aux pays voisins n’a pas laissé d’inquiéter au départ.

Dans les heures suivant la déclaration de la flambée le 8 mai, l’OMS a mobilisé 2 millions de dollars (US $) sur son Fonds de réserve pour les situations d’urgence, déployé une équipe pour augmenter les moyens sur le terrain et activé un système d’urgence de gestion des incidents.

«L’OMS a agi avec rapidité et efficacité», s’est félicitée la Dre Moeti. «Nous avons également démontré les énormes capacités de la Région africaine. Plus des trois quarts des 360 personnes déployées pour la riposte venaient de la Région elle-même. Des dizaines d’experts en provenance de Guinée ont passé des semaines ici à diriger les efforts de la vaccination contre Ebola et à transférer leur savoir, ce qui permettra à la RDC de monter une riposte efficace à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières. »

Le Dr Tedros a demandé instamment au gouvernement de la RDC et à la communauté internationale de profiter de l’élan positif généré par l’endiguement rapide de cette flambée d’Ebola.

«Avec cette riposte efficace au virus Ebola, le gouvernement et les partenaires devraient se sentir plus confiants dans leur possibilité de vaincre aussi les autres grandes épidémies touchant le pays comme le choléra et la poliomyélite», a déclaré le Dr Tedros. «Nous devons continuer de travailler ensemble en investissant dans le renforcement de la préparation et de l’accès aux soins pour les plus vulnérables.»

Note aux rédactions

Financement L’action rapide de l’OMS et l’intensification des opérations en RDC ont été financées par un versement de 4 millions de dollars (US $) au total, prélevés sur le Fonds de réserve de l’OMS pour les situations d’urgence.

L’OMS et ses partenaires ont lancé un appel pour obtenir 57 millions de dollars US $ et interrompre la propagation du virus Ebola. Le total des fonds donnés par tous les partenaires, tel qu’enregistré par l’OCHA, a atteint 63 millions de dollars US $.

Les fonds pour la contribution de l’OMS à la riposte à Ebola ont été fournis par : l’Italie (€300 000), le CERF des Nations Unies (800 000 US $), l’Alliance Gavi (1 million US $), USAID (5,3 millions US $), le Wellcome Trust et le Ministère du développement international du Royaume-Uni (4,1 millions US $), le Ministère du développement international du Royaume-Uni (£5 millions), l’Allemagne (€5 millions), la Norvège (8 millionsNOK ), le Canada (1 million $CAD ), le PEF de la Banque mondiale (6,8 millions US $), le Japon (1,3 million US $), l’ECHO de l’UE (1,5 million €) et le MPTF pour Ebola (428 000 US $) portant le total à environ 36 millions de dollars US $.

L’Allemagne a apporté sa contribution en reconnaissance du rôle crucial joué par le Fonds de réserve de l’OMS pour les situations d’urgence dans la riposte contre la maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo. Elle doit réalimenter ce fonds d’urgence qui a déboursé le financement initial des efforts de riposte.

Des contributions en nature pour les évacuations médicales ont été faites par la Norvège. L’ECHO de l’UE a donné son appui pour les vols entre Kinshasa et Mbandaka. L’Allemagne, les États-Unis, la Guinée et le Royaume-Uni ont apporté leur expertise technique par le biais du Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN). Merck a fourni les vaccins utilisés pour protéger plus de 3300 personnes.

Partenaires de l’OMS pour la riposte à Ebola en RDC

L’Alliance for International Medical Action (ALIMA), la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), la Croix-Rouge de la République démocratique du Congo, Médecins sans frontières (MSF), le Fonds d’urgence pour les secours lors de catastrophes (DREF), les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (CDC-Afrique), les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis d’Amérique (CDC), ECHO, le Ministère du développement international du Royaume-Uni (DFID), l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA),le Programme alimentaire mondial (PAM), l’UNICEF, l’UNCERF, l’UNOCHA, la MONUSCO, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Centre de gestion des crises – Santé animale de la FAO, le Partenariat humanitaire international (IHP), l’Alliance Gavi, l’African Field Epidemiology Network (AFENET), l’équipe UK Public Health Rapid Support du Royaume-Uni, le réseau des anciens élèves de l’EPIET (EAN), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), le Réseau mondial pour l’évaluation clinique des maladies émergentes et l’action (EDCARN), la Banque mondiale et PATH. Le Gouvernement de la Guinée a déployé plus de 30 employés du Ministère de la santé pour aider à la campagne de vaccination en anneau et Merck a fourni le vaccin anti-Ebola. Le Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) a apporté une coordination et un appui technique supplémentaires : l’Association pour le développement de l’épidémiologie de terrain (EPITER), le Laboratoire mobile de l’Union européenne (EMLab), le Réseau africain de lutte contre les infections (ICAN), l’Institut Pasteur (IP), le National Institute for Communicable Diseases (NICD – Afrique du Sud), l’Institut Robert Koch (RKI) et les équipes médicales d’urgence.