Félix Prosper Basse : « La Monusco a appuyé les FARDC pour stopper l’avancée de l’APCLS à Kitshanga »

Report
from Radio Okapi
Published on 06 Mar 2013 View Original

Les forces de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) ont apporté leur appui militaire à l’armée congolaise pour empêcher l’avancée des miliciens de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) vers les populations et la base de la mission onusienne à Kitchanga au Nord-Kivu. C’est ce qu’a déclaré mercredi 6 mars le porte-parole militaire de la mission, le lieutenant-colonel, Felix Prosper Basse, au cours de la conférence hebdomadaire de son institution.

« Nous avons surtout déployé des patrouilles robustes à Kitchanga, nous avons survolé toute la zone. Nous avons tiré avec nos hélicoptères de combat pour empêcher l’avancée des troupes de l’APCLS vers les populations et la base de la Monusco. Nous avons prévenu le pillage de l’hôpital de Médecins sans frontières (MSF) », a affirmé le lieutenant-colonel Felix Prosper Basse.

Il a jouté que la Monusco a aussi apporté une aide médicale à la population, victime des atrocités de la part des troupes de l’APCLS.

« Nous avons aidé des gens avec des médicaments, nous avons accueilli des gens dans nos bases », a indiqué le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse.

Les FARDC et l’APCLS s’affrontent depuis mardi 26 février à Kitchanga. Ces combats ont fait quatre-vingt morts, cent blessées et a occasionné des centaines des déplacés et des dégâts matériels. MSF déplore le sort des civils

L’ONG Médecins sans frontières (MSF-Hollande) se dit préoccupée par le sort des civils, victimes des derniers combats entre militaires et miliciens de l’APCLS dans la localité de Kitshanga, à environ 80 kilomètres de Goma, à cheval entre les territoires de Rutshuru et Masisi, dans le Nord-Kivu.

Dans un communiqué parvenu, mardi 5 mars à Radio Okapi, MSF-Hollande affirme avoir dénombré plus de cent trente cinq blessés et plus des cinquante cinq civils tués.

Selon le chef de mission de MSF-Hollande pour la province du Nord-Kivu, Hugues Robert, l’insécurité persistante dans cette partie ne favorise pas une bonne prise en charge médicale des blessés.

MSF-Hollande dit avoir «de gros souci par rapport à la santé» des personnes qui se sont regroupées à la paroisse Saint Benoît et à la base de la Monusco.

Radio Okapi:
Copyright Radio Okapi