DR Congo

Evaluation Rapide Multisectorielle (ERM) dans la localité d’Oicha, Province du Nord-Kivu, République Démocratique du Congo, 21 - 22 octobre 2020

Format
Assessment
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Contexte

Au sein de la zone de santé (ZS) d’Oicha, plus de 33 000 personnes se sont déplacées dans les villages de l’axe Eringeti-Kainama depuis décembre 2019, dû à l’insécurité grandissante dans l’ensemble de la ZS. Ces déplacements sont le résultat de confrontations armées, avec une aggravation des violences entre décembre 2019 et mars 2020, puis à nouveau à partir de juin 2020. La localité d’Oicha, située au sud de l’axe Eringeti-Kainama, accueille un grand nombre de personnes déplacées, tout en étant directement affectée par les confrontations et les attaques des groupes armés.

Les autorités locales ont rapporté un important besoin d’assistance humanitaire multisectorielle pour les nouveaux déplacés suite à la résurgence des conflits en juin 2020, ainsi que pour une partie des ménages qui se sont déplacés dans la ZS d’Oicha en début d’année. Etant donné le caractère volatile de la situation, il paraît essentiel de conduire un suivi régulier de la situation humanitaire et des besoins de la population afin d’informer une réponse humanitaire appropriée dans l’ensemble du territoire.

Méthodologie

En réponse à une alerte publiée par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH ou OCHA - acronyme anglais pour Office for the Coordination of Humanitarian Affairs) sur la plateforme Ehtools, REACH a réalisé une évaluation rapide multisectorielle (ERM) couvrant la localité d’Oicha, dans la ZS du même nom.3Au total, 18 entretiens ont été réalisés à distance avec des informateurs clés (IC) entre le 21 et le 22 octobre 2020. Les résultats présentés ci-dessous sont des fréquences de citation de réponses des IC interrogés, et doivent être considérés comme indicatifs seulement. Le territoire de Beni (Province du Nord-Kivu) et plus particulièrement la ZS d’Oicha sont difficiles d’accès, notamment dû aux continuelles confrontations armées et aux violences commises à l’encontre des populations. En raison du contexte sécuritaire, il a été décidé de réaliser la collecte de données à distance, via des entretiens téléphoniques avec des IC sélectionnés selon les critères suivants : en fonction de leur connaissance détaillée, approfondie et récente (de moins d’un mois) de la situation humanitaire dans la localité évaluée, ainsi qu’en se fondant sur leur fonction (chef de village, leader ...) et/ou sur leur emploi (administratif, organisation non-gouvernementale (ONG), marchand). Ces IC ont également fourni les contacts d’autres IC pertinents dans ces localités difficiles d’accès (méthode d’échantillonnage en « boule de neige »), qui ont aussi été contactés par téléphone.

Besoins prioritaires

La nourriture était le premier besoin prioritaire le plus fréquemment rapporté par les IC (score de 8/11). L’agriculture de subsistance est l’un des principaux moyen de subsistance des ménages de la localité, menacé par l’insécurité et les violences dans la localité (voir section Sécurité alimentaire pour plus d’informations).

Les abris et articles ménagers essentiels (AME) étaient les seconds besoins prioritaires les plus fréquemment rapportés par les IC (score de 3.4/11 les deux). Les IC ont rapporté d’importantes destructions de logements dans les localités d’origines des ménages déplacés, et tous ont rapporté d’importantes pertes en AME suite aux conflits (voir sections respectives pour plus d’informations).

L’eau, hygiène et assainissment (EHA) était le troisième besoin prioritaire le plus fréquemment rapporté par les IC (score de 2.4/11). Les IC ont rapporté de nombreux problèmes d’assainissement dans la localité tels que la présence de matières fécales, de déchets solides domestiques et enfin d’eau stagnante (voir section EHA pour plus d’informations).